L'iPhone plonge Apple dans la tourmente - Electronique

30 Janvier, 2019, 20:56 | Auteur: Aubrey Nash
  • L'iPhone plonge Apple dans la tourmente - Electronique

Même si l'iPhone représente encore plus de 60% du chiffre d'affaires, la firme californienne mise désormais beaucoup sur les services qui peuvent s'appuyer sur une base installée de 1,4 milliard de terminaux Apple, dont 900 millions d'iPhone.

Tim Cook a écarté cette idée, faisant plutôt valoir les coûts plus élevés à l'étranger.

Le chiffre d'affaires des trois derniers mois de 2018, le premier trimestre de son exercice décalé, est ressorti en repli de 5 % à 84,3 milliards.

Apple a confirmé mardi que ses ventes de fin d'année avaient été décevantes avec un chiffre d'affaires en repli et un bénéfice net à la peine, plombés par l'iPhone et la Chine, mais les investisseurs se sont montrés rassurés.

Pour l'instant, Apple reste timide sur ce terrain mais a annoncé l'an dernier que la célèbre présentatrice et femme d'affaires Oprah Winfrey allait produire des programmes. C'est une rareté, Apple ayant l'habitude de faire croître régulièrement son bénéfice net ces dernières années. Les services en ligne Apple (Apple Music, App Store, iTunes...) ont rapporté 10,9 milliards de dollars (+19%) et assurent une rentabilité très élevée avec une marge brute de 63%.

"Apple innove comme aucune autre entreprise dans le monde et on ne ralentit pas".

" C'est une déception d'avoir manqué notre prévision de chiffre d'affaires ", a expliqué Tim Cook dans un communiqué.

Malgré les résultats, le titre avançait de presque 6 % en Bourse dans les échanges électroniques.

Sur les trois derniers mois de l'année 2018, et donc avec la prise en compte de la période faste des fêtes de fin d'année, Apple a enregistré une baisse de 15 % sur un an du chiffre d'affaires tiré de l'iPhone. Mais alors que la baisse des ventes d'iPhone et désormais tangible et pourrait s'inscrire dans la durée, la question du prix se pose plus que jamais. Pour expliquer ce déclin des ventes, le p-dg d'Apple Tim Cook a cité le ralentissement économique en Chine, un taux de renouvellement des iPhone moins dynamique et un dollars fort.

Les analystes soulignent aussi la saturation du marché du smartphone et la cherté des appareils d'Apple, qui fait face dans ce pays à de sérieux concurrents locaux, comme Huawei et Xiaomi.

Coté prévisions pour le trimestre en cours, elles sont en-dessous de ce que pensaient les analystes.

Les dirigeants d'Apple n'ont pas évoqué l'embarrassante faille de sécurité qui a été découverte lundi soir sur FaceTime, son application d'appels vidéo. Pour rappel, l'iPhone XR débute à 855 euros, l'iPhone XS à 1 155 euros et l'iPhone XS Max à 1 255 euros.

Recommande: