"La ministre de la Justice française se dit impressionnée" - La Nouvelle République

30 Janvier, 2019, 14:08 | Auteur: Lynn Cook
  • Ph. Nesrine T

"La signature de cette convention d'extradition marque en outre une nouvelle avancée dans le renouvellement de notre cadre conventionnel", ajoute le communiqué qui fait savoir que Nicole Belloubet rencontrera les "acteurs du système judiciaire algérien afin de mieux cerner les enjeux et les attentes vis-à-vis de notre coopération et d'échanger sur la modernisation des juridictions dans le cadre des réformes engagées dans nos deux pays afin de rendre la justice plus proche des citoyens et de l'adapter aux nouveaux outils numériques".

Dans un communiqué daté du 26 janvier, l'Ambassade de France en Algérie a annoncé la visite de deux jours, à partir d'aujourd'hui, de la Garde des Sceaux, ministre de la Justice, Nicole Belloubet, à l'invitation de son homologue algérien.

L'Algérie et la France ont signé dimanche une nouvelle convention sur l'extradition de criminels dans le cadre de la coopération judiciaire et en matière de sécurité entre les deux pays, rapportent des médias locaux. La convention d'extradition signe " l'approfondissement des relations bilatérales et une évolution constante de la coopération dans le domaine de la justice" fera savoir le ministre, mettant en relief son importance, eu égard au développement de la criminalité organisée et transfrontalière, notamment la menace terroriste. "De son côté, Mme Nicole Belloubet, qui s'est félicitée de l'aboutissement de la convention d'extradition après 6 ans de négociation, a affirmé que l'Algérie et la France sont confrontées aux défis communs que sont la lutte contre le terrorisme et le crime organisé ainsi que la lutte contre les filières de l'immigration illégale". "Elle prévoit des dispositions modernisées sur les demandes d'arrestation provisoire, les transits et la protection des données personnelles", notant que des négociations d'une autre convention d'entraide judiciaire en matière civile et commerciale se poursuivent. En marge de la signature de cette convention et des entretiens qu'il avait eu avec la ministre de la Justice française, M. Tayeb Louh a indiqué que cette convention stipule que "les parties s'engagent à se livrer réciproquement, les personnes poursuivies ou condamnées par leurs autorités judiciares compétentes". Au chapitre de la coopération algéro-française dans le domaine de la justice, M. Louh dira que celle-ci s'inscrit dans le cadre de la Déclaration d'Alger sur l'amitié et la coopération, signée entre les deux pays le 19 décembre 2012. "Les liens privilégiés qui nous unissent sont le fruit de l'Histoire mais également du dialogue qu'année après année, magistrats, greffiers, juristes et fonctionnaires de nos ministères s'attachent à entretenir et à faire fructifier dans de très nombreux domaines", a-t-elle dit.

Recommande: