Des extrémistes appellent à manifester contre Asia Bibi — Pakistan

30 Janvier, 2019, 18:37 | Auteur: Lynn Cook
  • Pakistan la Cour suprême rejette un recours contre l'acquittement d'Asia Bibi

Le parti islamiste Tehreek-e-Labaik Pakistan (TLP) "qui avait organisé des manifestations de masse de trois jours contre l'acquittement de Bibi en novembre" dernier, a lundi "menacé d'un mouvement de contestation si Bibi obtenait une 'réparation judiciaire'", note Dawn.

La Cour suprême du Pakistan s'est opposée mardi à l'ouverture d'une procédure en appel contre l'acquittement d'Asia Bibi, une décision qui ouvre la voie au départ de la chrétienne du pays à l'issue d'une longue saga judiciaire.

Un important dispositif policier était déployé mercredi matin sur cet échangeur, a constaté l'AFP.

A Lahore, la deuxième plus grande ville pakistanaise, forte de 12 millions d'habitants, ils n'étaient qu'une vingtaine, et moins d'une dizaine à Rawalpindi, ont observé des journalistes de l'AFP.

La Cour suprême pakistanaise a rejeté mardi un dernier recours contre l'acquittement de Mme Bibi, à la grande fureur des milieux islamistes qui exigent sa pendaison.

Le TLP apparaît affaibli après l'arrestation à l'automne de son chef Khadim Hussain Rizvi et de centaines de ses partisans.

Mardi soir, ils étaient peu nombreux à participer à de premières manifestations.

"Est-ce le visage de l'Islam que nous voulons montrer au monde?"

Plus rien n'empêche désormais cette mère de famille de quitter ce pays musulman très conservateur où elle vit actuellement sous haute protection dans un endroit inconnu, étant de longue date une cible pour les extrémistes.

À Ottawa, la porte-parole du gouvernement canadien, Brittany Fletcher, a déclaré que " le cas d'Asia Bibi est une priorité", ajoutant que " nous veillons à assurer sa sécurité et celle de sa famille ". "(.) Est-ce que l'Islam dit qu'il faut pendre quelqu'un même si la culpabilité de cette personne n'est pas avérée?", a tonné le président de la Cour suprême, le juge Asif Saeed Khosa, mardi devant une salle comble. Asia Bibi va probablement demander l'asile au Canada où se trouveraient déjà ses enfants. Des accusations suffisent à provoquer des lynchages mortels. Les défenseurs des droits de l'homme voient en Asia Bibi un symbole des dérives de la loi réprimant le blasphème au Pakistan, souvent instrumentalisée, selon ses détracteurs, pour régler des conflits personnels.

Recommande: