Spectaculaire évasion d'un détenu à Tarascon — Bouches-du-Rhône

29 Janvier, 2019, 02:55 | Auteur: Lynn Cook
  • Une opération commando permet l'évasion d'un détenu devant le palais de justice de Tarascon

Le détenu qui s'est évadé est un "délinquant d'habitude", qui devait être conduit dans la matinée devant un juge d'instruction "

Le détenu qui s'est évadé est un "délinquant d'habitude", qui devait être conduit dans la matinée devant un juge d'instruction",
a ajouté le magistrat. "Il était en train de monter dans l'échelle de la délinquance puisqu'il était mis en examen dans plusieurs dossiers d'instruction, à Tarascon et à Nîmes", assure le procureur de la République Patrick Desjardins.

Le détenu, qui a réussi à prendre la fuite, est activement recherché et un périmètre de sécurité a été établi par la sécurité publique pour préserver les indices.

Toujours selon RTL, l'homme qui s'est évadé est un prévenu, incarcéré depuis le 26 septembre 2017 pour vol avec arme, vol aggravé et association de malfaiteurs.

A l'aide d'un commando "lourdement armé" qui n'a pas hésité à tirer plusieurs coups de feu, un détenu s'est évadé dès son arrivée au tribunal de Tarascon lundi matin.

Vers 08H30, trois malfaiteurs, "lourdement armés" selon le procureur de la République Patrick Desjardins, ont fait irruption devant le palais de justice. Les deux autres surveillants, restés dans la fourgonnette, ont tenté de s'éloigner, mais les membres du commando, équipés d'au moins deux armes, un pistolet de 9 mm et un fusil d'assaut de gros calibre, ont alors tiré dans les pneus de l'engin afin de l'immobiliser.

Selon les informations du Figaro, qui a interrogé Christophe Dorangeville, secrétaire général CGT pénitentiaire, le détenu en fuite est notamment connu pour vols à main armée et le syndicaliste a estimé que son escorte avait été mal calibrée: "L'extraction est un moment extrêmement sensible, où souvent le niveau d'escorte choisi n'est pas forcément en adéquation avec le profil du prisonnier". Selon les indications de France 3, par mesure de précaution, les élèves du lycée Alphonse-Daudet, qui se trouve à quelques dizaines de mètres seulement du tribunal de grande instance, ont été confinés à l'intérieur de l'établissement. "Cela fait longtemps qu'on n'a pas vu une attaque de fourgon à l'arme automatique", a-t-on notamment commenté à la direction de l'administration pénitentiaire.

" Le mode opératoire est très violent. La direction interrégionale de la police judiciaire de Marseille est saisie", annonce le ministère de la Justice. "Une cellule de soutien psychologique a également été mise en place pour les fonctionnaires de greffe qui ont assisté à la scène". "L'administration est bien naïve, il a fait le gentil pendant des mois pour tenter de s'évader de nouveau".

Recommande: