Le plan social de Ford rejeté — Blanquefort

29 Janvier, 2019, 10:40 | Auteur: Aubrey Nash
  • Usine de Blanquefort: Que l’Etat la rachète et la cède au repreneur plaide Poutou

Les syndicats la Direction du travail (Direccte Aquitaine), qui avait jusqu'à minuit ce lundi pour se prononcer sur le plan de sauvegarde de l'emploi (PSE) proposé par Ford pour le site industriel girondin qui compte 870 emplois s'est prononcé à 21 heures. "Ca va obliger Ford à revoir sa copie et à étudier plus sérieusement le projet de reprise par Punch défendu par les salariés". Cette décision est une étape décisive pour le site industriel emblématique de Gironde aux 870 emplois, accroché à l'espoir d'une reprise.

Cette "décision", a expliqué sans détailler la préfecture de Gironde dans un communiqué, "a pour objectif de sécuriser l'ensemble des parties, en pointant la non-conformité de la procédure".

Ce rejet va donner du répit au projet de rachat de l'entreprise par Punch, qui avait été éconduit par Ford. De son côté Punch avait obtenu des concessions sociales de la part des salariés de Ford Blanquefort. L'offre porterait sur environ 400 emplois.

La décision prise par Ford mi-décembre de refuser l'offre de Punch, après des mois d'implication de l'Etat pour trouver un repreneur, avait provoqué une levée de boucliers politiques, locale, et nationale, jusqu'au président de la République qui avait jugé l'attitude du constructeur "hostile et inacceptable". Il s'agira notamment de produire des lettres d'intentions (de commandes) de la part de constructeurs. Le constructeur américain, qui avait annoncé il y a près d'un an sa volonté de se désengager de l'usine de boîtes de vitesses implantée en 1972.

Le Plan de sauvegarde de l'emploi (PSE) de Ford a été rejeté. "Cela nous donne quelques semaines de plus pour renforcer les chances d'aboutir à une reprise et donc à sauver l'usine", commente pour 20 Minutes ce lundi soir le leader syndical. "Mais c'est déterminant, incontournable", estimait vendredi Philippe Poutou, délégué CGT à Ford-Blanquefort, au sortir d'une réunion à Bercy avec une délégation de l'intersyndicale.

Recommande: