Un Canadien victime d'enlèvement au Burkina Faso

19 Janvier, 2019, 17:11 | Auteur: Lynn Cook
  • Ouagadougou

Un Canadien employé d'une société minière a été enlevé au Burkina Faso, non loin de la frontière avec le Niger, a annoncé mercredi le ministre de la Sécurité de ce pays confronté à des attaques jihadistes de plus en plus fréquentes.

Le corps du vice-président de l'exploration de la minière canadienne Progress Minerals Inc a été découvert dans la province Oudalan.

" Tout est mis en oeuvre pour rechercher cet expatrié et les deux autres expatriés, un couple canado-italien, disparus il y a quelques jours dans notre pays", avait encire dit le ministre.

La Commission européenne rendra définitives début février des mesures jusqu'ici provisoires destinées à protéger l'industrie sidérurgique européenne de l'acier étranger qui ne trouve plus de débouchés aux États-Unis à cause des taxes punitives de Donald Trump.

Les ravisseurs ont donc " probablement brouillé les pistes " lors de leur fuite, selon une source sécuritaire, puisque le corps a été retrouvé à Beiga-Salmoussi, dans la province de Soum, qui se trouve à l'ouest du site minier.

Le Burkina Faso, frontalier entre autres du Mali et du Niger, est le théâtre d'attaques djihadistes régulières depuis le début de l'année 2015.

SHERBROOKE | La famille d'Edith Blais, portée disparue depuis un mois au Burkina Faso, sera rencontrée vendredi par des représentantes du gouvernement canadien.

La jeune femme et son compagnon, Lucas Tacchetto, 30 ans, originaire de Venise, étaient partis, par la route, d'Europe vers l'Afrique de l'Ouest, selon les médias locaux.

Un Roumain, Iulian Ghergut, qui travaillait pour l'énorme mine de manganèse de Tambao (nord) est lui toujours captif depuis son enlèvement en avril 2015.

Les attaques terroristes ont fait plus de 270 morts depuis 2015 au Burkina Faso, rappelle-t-on.

Le chef d'état-major général des armées Oumarou Sadou a été limogé le 10 janvier.

Recommande: