Cybersécurité: L'armée française s'organise pour mener des attaques dans le cyberespace

19 Janvier, 2019, 20:22 | Auteur: Lynn Cook
  • L’armée française s'organise pour mener des attaques dans le cyberespace

Les armées françaises devront être non seulement capables de se défendre contre les cyberattaques, mais elles devront aussi le cas échéant mener leurs propres attaques, a annoncé vendredi la ministre des Armées, Florence Parly, en préambule à l'ouverture mardi à Lille du Forum international de la cybersécurité.

La nouvelle doctrine mise en place s'articule autour d'un nouvel acronyme, la LIO, pour Lutte informatique offensive. "En 2018, ce même nombre a été atteint dès septembre", a précisé Florence Parly.

"Entre fin 2017 et avril 2018, les serveurs du ministère français des Armées ont été la cible d'" un attaquant (qui) cherchait à accéder directement au contenu de boîtes mail de 19 cadres du ministère, dont celles de quelques personnalités sensibles ".

"Ce sont donc plus de deux incidents de sécurité par jour qui ont touché tout autant notre ministère, nos opérations, nos expertises techniques et même un hôpital d'instruction des Armées", a-t-elle poursuivi lors d'un discours consacré aux menaces numériques. Certaines attaques sont le fruit de groupes malveillants. "Mais certaines, nous le savons, viennent d'Etats pour le moins indiscrets, pour le moins décomplexés", a-t-elle dénoncé. La marine nationale aurait pu se retrouver à court de carburant, et ce à cause d'une cyberattaque. Dans sa déclaration qui intervient après la réforme de structure et laccroissement des moyens, la ministre a averti: "Nous serons prêts à employer en opérations extérieures larme cyber à des fins offensives, isolément ou en appui de nos moyens conventionnels, pour en démultiplier les effets". Cette dernière se réserve désormais le droit de riposter à nimporte quel cyberagression dans le respect du droit international. Ce document, dont une partie est classifiée, constitue désormais une référence officielle en matière de lutte informatique offensive.

La deuxième partie détaille les risques liés à l'emploi de l'arme cyber.

Enfin, un dernier paragraphe souligne les futurs enjeux à prendre en compte afin de structurer les capacités cyber.

"Le ministère des Armées espère aussi " sensibiliser (les) soldats à la part croissante du cyber dans (les) opérations " et susciter des vocations, alors que " le vivier de gens compétents est limité " et " les besoins de plus en plus élevés dans les armées comme dans les entreprises ".

Parmi les alliés de la France, les États-Unis et la Grande-Bretagne sont d'ores et déjà dotés d'une doctrine cyber offensive. Son intégration est désormais assumée au sein des composantes tactiques et dans les processus de développement capacitaire à venir.

Recommande: