50 000 manifestants et parfois des heurts violents — Gilets jaunes

06 Janvier, 2019, 18:09 | Auteur: Lynn Cook
  • 50 000 manifestants et parfois des heurts violents — Gilets jaunes

Des dizaines de milliers de "Gilets jaunes" ont de nouveau manifesté samedi, le huitième d'affilée, à Paris et en province, où des heurts ont éclaté en marge de défilés visant à interpeller un pouvoir aux réponses jugées insuffisantes.

Après une déambulation dans le calme depuis les Champs-Élysées, les "gilets jaunes" avaient convergé sur la place de l'Hôtel de Ville d'où ils devaient s'élancer pour rejoindre l'Assemblée nationale.

Ailleurs en France, les rassemblements des gilets jaunes se déroulaient dans le calme ce matin avant que des incidents n'éclatent.

Plusieurs scooters et une voiture ont été incendiés sur le boulevard Saint-Germain où des barricades de fortune ont été érigées, selon des journalistes de l'AFP.

A l'orée de l'ouverture du grand débat national qui doit durer jusqu'au printemps, l'exécutif prône un dialogue avec des "gens sincères qui ne font pas d'instrumentalisation politique de la difficulté que connaissent certains de leurs concitoyens", a déclaré vendredi le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, après le premier conseil des ministres de 2019.

En début de soirée, les manifestants sont retournés sur les Champs-Elysées, point névralgique de la mobilisation, avant d'en être chassés par les CRS. Les "gilets jaunes" se sont ensuite postés devant l'entrée du commissariat pour dénoncer les violences policières et ont entonné La Marseillaise. Dans plusieurs villes de France des manifestations et des marches étaient prévues. "J'appelle chacun à la responsabilité et au respect du droit", affirme M. Castaner sur son compte Twitter. La façade de la préfecture a été visée par des jets de peinture.

A Marseille, où plusieurs centaines de personnes ont manifesté dans la matinée, une réunion de "Gilets jaunes" venus de tout le pays a été organisée au siège de La Provence, détenu par l'homme d'affaires Bernard Tapie.

De premiers projectiles ont été lancés aux alentours de 14h sur les forces de l'ordre qui ont répliqué par des tirs de lacrymogènes sur les quais de Seine, près de l'Hôtel de Ville, puis des incidents ont éclaté sur une passerelle reliant les deux rives de la Seine au niveau du Jardin des Tuileries. Vers 16h45 les forces de l'ordre sont intervenues pour déloger les manifestants, dans une ambiance tendue.

Des défilés émaillés de tensions ont aussi eu lieu à Rouen (Seine-Maritime), Nantes (Loire-Atlantique) ou encore Epinal (Vosges).

Depuis les voeux du 31 décembre du chef de l'Etat Emmanuel Macron, le pouvoir a adopté une posture de fermeté, fustigeant les "agitateurs" et exigeant le respect de l'ordre public.

Recommande: