Manifestations en Inde après l’entrée de deux femmes dans un temple

02 Janvier, 2019, 18:50 | Auteur: Lynn Cook
  • Inde: chaîne humaine pour autoriser les femmes à entrer dans un temple

À la suite de la manifestation du 1er janvier, deux femmes ont réussi à rentrer dans le sanctuaire sous protection policière, et ont dû en ressortir en se cachant des fidèles en colère. Le rassemblement du "mur des femmes " a été soutenu par le gouvernement. Une vidéo montre Kanaka Durga et Bindu, tout de noir vêtue et la tête couverte, se faufiler dans ce sanctuaire, l'un des plus sacrés de l'hindouisme. Des dizaines de milliers de'Indiennes ont formé une chaîne humaine de 620 kilomètres, pour soutenir la décision rendue en septembre par la Cour suprême.

De nombreux groupes hindous et le parti Bharatiya Janata (BJP) nationaliste du premier ministre Narendra Modi s'opposent à cette décision d'ouvrir le temple à toutes les femmes, quel que soit leur âge.

"Nous ne sommes pas entrées en gravissant les 18 marches sacrées mais en empruntant l'entrée du personnel", a déclaré aux journalistes l'une des deux femmes, qui restent sous protection de la police. "La police doit offrir sa protection à toute personne qui désire prier dans le temple", a-t-il déclaré. Des heurts ont éclaté devant le siège du parlement de l'Etat ce mercredi 2 janvier, que la police a calmé à coups de gaz lacrymos, grenades incapacitantes et canons à eau. D'autres manifestations ont été observées dans d'autres villes du Kerala. Jusqu'au mois de septembre, les femmes de 10 à 50 ans n'avaient pas le droit d'entrer dans ce temple.

Si la plupart des temples hindous n'autorisent pas les femmes à entrer lorsqu'elles ont leurs règles, Sabarimala était l'un des rares à interdire toutes celles entre la puberté et la ménopause.

Dès que l'information de cette intrusion a été connue, les responsables du temple ont ordonné sa fermeture pour un rituel de purification. Mercredi, des responsables locaux du BJP ont annoncé qu'ils organiseraient deux jours de manifestations dans l'Etat, dirigé par une alliance de gauche, pour protester contre l'intrusion des deux femmes. Depuis la décision de la Cour suprême, plusieurs femmes ont tenté d'entrer dans le sanctuaire mais en ont été empêchées par des traditionalistes. Ils avaient lancé des pierres sur les policiers et s'en étaient pris aux journalistes femmes.

Recommande: