Jean-Luc Mélenchon et les Insoumis applaudissent Edouard Philippe — Attentat à Strasbourg

18 Décembre, 2018, 08:39 | Auteur: Lynn Cook
  • Jean-Luc Mélenchon assure que dès la première heure des Insoumis étaient parmi les Gilets jaunes

"Nous sommes faibles si pour une personne, un assassin sans scrupule, nous mélangeons tout, ces meurtres abominables et ces conflits sociaux qui nous occupent, si nous extrapolons sur les comportements d'un dément assassin", a dit Jean-Luc Mélenchon.

Lors de la séance des questions au gouvernement, mercredi 12 décembre, le Premier ministre a indiqué que son gouvernement était "à la disposition" de l'Assemblée nationale pour débattre de la motion de censure déposée contre lui.

Le chef de file des députés Insoumis, Jean-Luc Mélenchon, a demandé jeudi une minute de silence à l'Assemblée nationale pour les victimes au sein du mouvement des gilets jaunes depuis près d'un mois, respectée par la plupart des députés. Le leader de la France Insoumise a, en effet, fait savoir auparavant ne pas faire un "drame" si le débat sur la motion de censure du gouvernement fait l'objet d'un report. "Ce débat aura lieu quand l'Assemblée le souhaitera". "Ce débat aura lieu pleinement, et nous pourrons exprimer nos désaccords". "Totale solidarité" des Insoumis "La meilleure façon de lutter collectivement contre le terrorisme, c'est souvent de continuer à pratiquer ce que nous croyons: la démocratie, le débat, et d'une certaine façon la fraternité", a poursuivi le Premier ministre.

Jean-Luc Mélenchon avait également expliqué que les insoumis "ne feraient pas un cas" d'un éventuel report de l'étude de leur motion de censure, donnant donc naissance à la réponse d'Édouard Philippe et plus largement à un moment appréciable de vie démocratique. "Et nous pourrons exprimer nos désaccords parce que fondamentalement, monsieur le président Mélenchon, nous sommes d'accord pour défendre la République et la démocratie", a-t-il terminé, le groupe insoumis se levant, déclenchant une standing ovation dans l'ensemble de l'hémicycle. Ces derniers ont déposé la motion de censure avec les députés communistes et socialistes.

Recommande: