L'Australie reconnaît Jérusalem-Ouest comme capitale d'Israël | International

17 Décembre, 2018, 14:36 | Auteur: Lynn Cook
  • Le ministre des Affaires étrangères Sheik Khalid bin Ahmed al Khalifa s'exprime auprès des journalistes lors d'une conférence centrée sur la lutte contre le financement du terrorisme international à Manama au Bahreïn le 9 novembre 2018

"L'Australie reconnaît maintenant que Jérusalem-Ouest - qui est siège de la Knesset et de nombreuses institutions gouvernementales - est la capitale d'Israël". Chaque État a le droit de déterminer sa capitale et nous allons transférer l'ambassade à Jérusalem-Ouest lorsque cela sera pratique.

Le premier ministre australien Scott Morrison qui a fait cette annonce a également assuré que son pays était prêt à reconnaître les aspirations visant à la création d'un État palestinien avec Jérusalem-Est pour capitale, lorsque le statut de cette ville sera clarifié par un accord de paix.

La résolution 478 du Conseil de sécurité des Nations unies adoptée le 20 août 1980 demande à Israël de "mettre fin à l'occupation de Jérusalem", ainsi qu'"aux modifications du caractère juridique et géographique de la ville".

" Reconnaître Jérusalem-Ouest comme capitale d'Israël, alors que l'ambassade d'Australie est toujours installée à Tel-Aviv, ce n'est qu'un geste pour sauver la face ", a dit une haute responsable travailliste, Penny Wong, dans un communiqué. Le Premier ministre australien, Scott Morrison, n'a fait que la moitié du chemin, c'est un pas dans la bonne direction, mais nous nous attendions à plus. "Le statut final de l'ensemble de Jérusalem doit être déterminé lors de négociations", a déclaré dans un communiqué samedi Saëb Erekat, numéro deux de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP).

"Morrison a souligné que son pays reste attaché à la solution des deux États et considère donc Jérusalem-Est comme la capitale du futur État palestinien". Au moins 62 Palestiniens ont été tués ce jour-là par des tirs israéliens.

La direction palestinienne a qualifié d'"irresponsable" la décision australienne, estimant qu'elle viole le droit international.

M. Morrison avait déjà évoqué en octobre, avant une élection partielle cruciale pour sa courte majorité, ce changement d'orientation dans la politique étrangère australienne.

Le Premier ministre australien, qui redoute un revers électoral l'an prochain, cherche à séduire l'électorat juif et chrétien conservateur. Samedi, il s'est aussitôt attiré les critiques du Parti travailliste (opposition) estimant que le gouvernement a mis "l'intérêt personnel devant l'intérêt national".

" Il s'agit d'une décision totalement risquée qui n'apporte aucun bénéfice", a-t-elle insisté. "Israël salue également la décision du gouvernement autralien de soutenir les sanctions contre l'Iran et ses prises de position en faveur d'Israël à l'ONU et contre l'antisémitisme".

En tout état de cause, l'ambassadeur de Palestine en Australie, Izzat Abdulhadi, a confié le 14 décembre à l'AFP que le gouvernement palestinien entendait appeler les pays arabes et musulmans à "retirer leurs ambassadeurs" et à "prendre des mesures de boycott économique".

Recommande: