L'ancien avocat de Trump condamné à trois ans de prison

13 Décembre, 2018, 19:53 | Auteur: Lynn Cook
  • Michael Cohen en arrière plan

Aux Etats-Unis, Donald Trump pourrait faire face à une procédure de destitution (impeachment) s'il a réellement violé les lois sur le financement de sa campagne présidentielle.

L'ancien avocat de Donald Trump, Michael Cohen, a été condamné mercredi 12 décembre à trois ans de prison par un juge fédéral de Manhattan. Une nouvelle attaque directe contre le président américain, qui cherche depuis des mois à discréditer son ancien avocat, le qualifiant de menteur et d'opportuniste.

L'éditeur du magazine National Enquirer a passé un accord avec la justice américaine prévoyant sa coopération avec les enquêteurs et la reconnaissance du versement, lors de la campagne présidentielle de 2016, de 150 000 dollars à une ancienne mannequin disant avoir eu une liaison avec Donald Trump. L'avocat, surnommé le "pitbull " en raison de son acharnement pendant plus de dix ans dans le cadre d'affaires houleuses pour l'image du président, devra se rendre le 6 mars prochain pour effectuer sa peine.

" À de nombreuses reprises, j'ai eu le sentiment que c'était mon devoir de couvrir ses sales coups ", a déclaré l'ex-conseiller du président des États-Unis à propos de son ex-patron. Il a reconnu en août avoir caché au fisc quatre millions de dollars de revenus de ses sociétés de taxis et avoir organisé le paiement de 280 000 dollars aux deux femmes, Stormy Daniels et Karen McDougal, qui menaçaient d'évoquer en pleine campagne présidentielle leur liaison avec Donald Trump. Il avait alors nié l'existence de discussions sur un projet de Trump Tower à Moscou. Toutes ses comparutions et déclarations sont considérées comme potentiellement explosives car pouvant impliquer le président. En août, il avait affirmé devant les juges qu'il avait versé de l'argent aux deux femmes "à la demande du candidat" et "avec l'intention d'influencer l'élection".

Dans leurs recommandations au juge, les procureurs fédéraux new-yorkais, qui ont enquêté sur les volets de fraude fiscale et de paiements aux maîtresses présumées, ont estimé que l'avocat et homme d'affaires n'avait pas suffisamment coopéré avec eux pour bénéficier d'une peine substantiellement inférieure à celle recommandée pour ce type de délits, à savoir quatre à cinq ans de prison.

Ils reprochent aussi à Michael Cohen de minimiser encore la gravité de ses actes, empreints de "tromperie systématique". Michael Cohen a directement mis en cause le président américain, mercredi matin, devant le juge. Mais en plaidant coupable devant le tribunal de Manhattan, et en acceptant de coopérer avec les équipes du procureur spécial Robert Mueller dans l'enquête sur une possible collusion entre la campagne Trump et la Russie, l'avocat a tenté de se présenter sous un jour nouveau. Ce dernier a estimé que ce père de deux enfants toujours aux études a fait " des efforts importants " pour corriger ses déclarations mensongères au Congrès. Et qu'il avait apporté des "informations vraies et pertinentes" touchant au coeur de l'enquête russe, dont beaucoup se demandent si elle débouchera prochainement sur l'inculpation d'un membre de la famille du président, comme son fils aîné Donald Junior ou son gendre Jared Kushner. Après une perquisition dans ses bureaux et à son domicile en avril, il a fini par passer aux aveux, alors que se profilait pour lui la perspective d'une longue peine de prison et que Donald Trump prenait ses distances avec lui.

Recommande: