Le tireur a crié "Allah Akbar" selon des témoins — Strasbourg

12 Décembre, 2018, 17:24 | Auteur: Aubrey Nash
  • Les secours après la fusillade sur le marché de noël de Starsbourg mardi 11 décembre

"S'il a un casier judiciaire " assez important " (violences, vols, destructions.), ce " radicalisé " n'a " jamais été connu pour des délits liés au terrorisme ", a insisté M. Nuñez, démentant que l'homme avait essayé de se rendre en Syrie.

Des investigations sont en cours pour localiser le fugitif. Alors que la police est toujours à la recherche du suspect, "plusieurs perquisitions ont été réalisées cette nuit dans des lieux que celui-ci est susceptible de fréquenter", a ajouté le magistrat. "Ces gardes à vue sont toujours en cours", explique le procureur. Le chauffeur de taxi a précisé l'avoir vu avec une arme de poing et présentant des blessures. Il n'est pas resté muet pour autant, disant au chauffeur "avoir tué dix personnes". Une fois descendu du véhicule, il a croisé des fonctionnaires de police et un nouvel échange de tirs est intervenu. S'en est suivi un échange de tirs. Il a également utilisé un couteau, a précisé Rémy Heitz. Face à un groupe de quatre militaires, il a ouvert le feu et essuyé des tirs de riposte, qui l'ont blessé au bras. "L'assaillant a quitté l'île peu après 20 heures à bord d'un taxi qui l'a déposé dans le quartier du Neudorf une dizaine de minutes plus tard".

12h43 - A l'heure actuelle, le suspect n'a pas été interpellé. "Au regard du lieu ciblé, du mode opératoire employé par l'assaillant, de son profil et des témoignages recueillis auprès de ceux qui l'ont entendu crier "Allah Akbar", la section antiterroriste du parquet de Paris s'est saisi des faits", a-t-il déclaré.

Après évaluation de la situation, le parquet de Paris a ouvert une enquête pour "assassinats, tentatives d'assassinats en relation avec une entreprise terroriste et association de malfaiteurs terroriste criminelle", a-t-il annoncé. Un centre d'accueil des familles a été ouvert pour les personnes recherchant des proches. - Dans sa course meurtrière, Chérif C. a tué deux personnes. Il a également blessé 12 autres personnes, dont 6 se trouvent dans un état critique.

Actualisation ce mercredi matin:le bilan s'est alourdi, on compte désormais trois morts et douze blessés, dont 8 graves.

29 ans, né à Strasbourg, connu pour de multiples infractions de droit commun, n'était pas chez lui mardi matin quand des gendarmes sont venus perquisitionner son domicile, a confirmé le procureur de la République de Paris à la presse.

Le tireur a crié
Le tireur a crié "Allah Akbar" selon des témoins — Strasbourg

Faisant état de quatre morts et plusieurs blessés dans la fusillade qui a eu lieu mardi soir à Strasbourg, à proximité du marché de Noël, la police et la préfecture ont évoqué "la piste terroriste", a signalé l'AFP.

Le suspect a été vu hier soir dans le quartier du marché de Noël. "Les militaires de la force Sentinelle ont fait usage de leurs armes pour tenter d'intercepter l'assaillant".

Né à Strasbourg en 1989, il est fiché S depuis 2016 par les services antiterroristes, après un passage en prison de 2013 à 2015 au cours duquel il a attiré l'attention des services de renseignements pour des violences, pour la radicalisation de sa pratique religieuse, et son prosélytisme. Il est activement recherché par les forces de l'ordre: 4,5 unités mobiles sont mobilisées sur le terrain, appuyées par des moyens aériens et par les équipes du Raid, de la Brigade de recherche et d'intervention et de la force Sentinelle, a rappelé la préfecture. De sources proches de l'enquête, 420 policiers et 200 gendarmes sont à ses trousses. Tous les blessés ont été évacués vers le centre hospitalier de Strasbourg. Le préfet du Bas-Rhin a signé un arrêté interdisant "tout rassemblement statique ainsi que toute manifestation jusqu'à nouvel ordre ", à Strasbourg. Les équipements culturels et sportifs sont fermés.

Le voile se lève progressivement sur les événements tragiques de mardi soir.

Toutes les victimes sont des hommes, affirme le maire de Strasbourg, Roland Ries. "Nous sommes de tout coeur avec vous", a tweeté la chanteuse.

Recommande: