Ce que l'on sait du nouvel accord commercial nord-américain

01 Décembre, 2018, 22:09 | Auteur: Aubrey Nash
  • Ce que l'on sait du nouvel accord commercial nord-américain

Le président américain Donald Trump, le Premier ministre canadien Justin Trudeau et le président sortant du Mexique Enrique Peña Nieto ont signé vendredi à Buenos Aires l'Accord États-Unis-Mexique-Canada (AEUMC) qui succède à l'Acord de libre-échange nord-américain (Aléna) en vigueur depuis près d'un quart de siècle. L'accord encadre milliard de dollars d'échanges commerciaux.

L'Accord États-Unis-Mexique-Canada (AÉUMC) assurera une stabilité "essentielle pour les millions d'emplois et pour les familles de la classe moyenne à travers le pays", a-t-il ajouté.

Après plus d'un an de négociations souvent houleuses - Trump a menacé de "déchirer" l'accord de 1994 et d'en retirer purement et simplement son pays -, les Etats-Unis et le Canada sont parvenus fin septembre à un compromis qui a permis de sauver la zone de libre-échange tripartite.

Donald Trump reconnaît que la négociation avec le Mexique et le Canada "a été une bataille", mais il ne pense pas que "l'adoption du texte par le Congrès sera trop problématique".

"C'est un modèle d'accord de libre-échange qui va changer le paysage commercial pour toujours", s'est félicité dans la foulée de la signature le président américain, présent à Buenos Aires aux côtés de ses homologues mexicain et canadien, pour cette cérémonie juste avant le début officiel du sommet du G20.

Un des volets les plus importants concerne le secteur automobile qui a été totalement révolutionné par l'Aléna. Le nouveau texte prévoit des règles incitant à se fournir en matériaux et composants aux Etats-Unis et en Amérique Nord. Il prévoit également une provision forçant le Mexique à augmenter les salaires du secteur pour réduire les écarts avec les voisins du nord mieux payés. Entre autres choses, l'USMCA relève de 62,5% à 75% la proportion de pièces détachées de production nord-américaine qui doivent être utilisés dans l'assemblage d'un véhicule pour qu'il soit éligible à l'exemption de droits de douanes offerte par cet accord. Cet assouplissement permettra aux producteurs américains un meilleur accès au marché canadien, comme le réclamait Washington.

L'accord est signé pour 16 ans, avec la possibilité de le réexaminer tous les six ans.

L'économie numérique est pour la première fois couverte, alors que de Mexico à Ottawa, en passant par Washington, le régime fiscal des GAFA est dénoncé depuis des années. L'accord conserve aussi un mécanisme de règlement des différends dont les États-Unis cherchaient à se débarrasser, en plus d'élargir des protections en matière de propriété intellectuelle pour les produits pharmaceutiques biologiques et de céder aux agriculteurs américains une part de 3,6 pour cent du système canadien de la gestion de l'offre.

Recommande: