Loi transports : pour réhabiliter la mobilité du quotidien

29 Novembre, 2018, 20:51 | Auteur: Aubrey Nash
  • Elisabeth Borne quitte le palais de l'Elysée le 21 novembre 2018

Le volet institutionnel de la LOM doit permettre de couvrir l'ensemble du territoire d'une "autorité organisatrice de la mobilité" - nouveau nom pour les autorités organisatrices des transports - un cinquième seulement en étant doté actuellement. "Nous avons fermé les yeux sur les problèmes de mobilité du quotidien au profit des grandes infrastructures, nous avons enfermé des pans entiers de la population dans le tout-voiture".

Les collectivités locales pourront par ailleurs subventionner les offres de covoiturage pour en faire une solution de mobilité.

Le "plan vélo", présenté en septembre dernier, a été intégré dans la loi.

Dans sa version actuelle, la LOM crée un forfait "mobilité durable", une aide pouvant aller jusqu'à 400 euros par an versée par les employeurs privés ou publics à leurs salariés faisant leur trajet domicile-travail en covoiturage ou à vélo. Les intercommunalités auront jusqu'en 2021 pour se saisir de cette compétence, et "à défaut ce sera la région qui prendra le relais". Concrètement, le gouvernement met sur la table 350 millions d'euros étalés sur sept ans, notamment pour aménager des pistes cyclables. Dans les villes la loi a pour but d'encadrer les nouveaux moyens de transports comme la trottinette électrique. Cette loi autorise la circulation des véhicules autonomes sur route ouverte dès 2020 pour les navettes collectives et 2022 pour les véhicules particuliers.

Dans ce contexte particulier, Le Monde a annoncé ce dimanche 25 en début de soirée que le péage urbain, initialement prévu dans la LOM, n'y figurait plus, "en raison du faible nombre de collectivités à avoir manifesté leur intérêt à utiliser cet outil".

- Pour favoriser les voitures électriques, la LOM rendra obligatoire le pré-équipement de bornes de recharge électrique dans tous les parkings de plus de 10 places des bâtiments neufs ou rénovés, et l'équipement de tous les parkings de plus de 20 places des bâtiments non résidentiels d'ici à 2025.

- Le texte de loi, enfin, couche sur le papier les orientations du gouvernement depuis son arrivée aux affaires à la mi-2017: la priorité en matière d'infrastructures est donnée aux transports du quotidien et à l'entretien des réseaux existants, tant ferroviaire que routier.

Le gouvernement compte par ailleurs mettre un milliard d'euros sur la table, sur une durée de dix ans, pour achever la réalisation d'une vingtaine d'axes routiers et 2,6 milliards d'euros, également sur une décennie, pour remédier à la saturation de certains noeuds ferroviaires.

- La LOM comprend également les dispositions législatives nécessaires à la réforme du permis de conduire promise par le président Emmanuel Macron le 9 novembre, afin de réduire les délais et d'en baisser le coût. Les grands projets, en revanche, sont réduits à la portion congrue.

Recommande: