A sec, Kepler tire sa révérence

02 Novembre, 2018, 18:08 | Auteur: Lynn Cook
  • Après 9 ans passés autour du Soleil le télescope spatial Kepler s'éteint

Mais elle est si proche de son étoile qu'une de ses faces est probablement en fusion, un monde de lave. Périodiquement et une première fois vers 2060, son orbite se rapprochera de la Terre, mais jamais à moins de 1,6 million de kilomètres de notre planète. En 2014, enfin, la première vraie cousine de la Terre est repérée: numéro 186f, à 580 années-lumières.

Kepler-452b, une autre candidate à la vie extraterrestre. Image diffusée par la Nasa en juillet 2015.

Des centaines de découvertes suivront et révolutionneront notre connaissance de la galaxie. Elles confirmeront que la Terre n'est, finalement, pas une exception galactique. "Maintenant, grâce au télescope spatial Kepler et à sa mission scientifique, nous savons que les planètes sont plus communes que les étoiles dans notre Galaxie", ajoute Paul Hertz, du département d'astrophysique de la NASA. Sur ce nombre, une cinquantaine d'objets sont susceptibles d'avoir à peu près la même taille et la même température que la Terre.

Kepler a montré que 20 à 50 % des étoiles visibles depuis la Terre avaient probablement " de petites planètes, peut-être rocheuses, et d'une taille similaire à celle de la Terre, dans une zone habitable " autour d'elles, selon la NASA. Grâce à ses découvertes, on sait que les systèmes stellaires lointains sont peuplés de milliards de planètes. Ou la planète Kepler-16b, qui tourne autour de deux étoiles.et où, comme sur Tatooine -une planète fictive de Star Wars- les habitants pourraient assister à un double coucher de soleils, si Kepler-16b n'était pas gazeuse.

En 2013, des problèmes mécaniques avaient précipité la fin de la mission originale du télescope, qui au départ ne devait durer que trois ans et demi. Les ingénieurs de la Nasa ont cependant été en mesure de restaurer suffisamment de fonctions pour permettre à Kepler d'explorer une partie plus importante de la Voie Lactée.

Il y a quelques semaines, le carburant du télescope est tombé à un niveau très faible. Kepler a des panneaux solaires mais ceux-ci n'alimentent que ses appareils électroniques à bord. Les ingénieurs savaient que la mission ne pourrait pas durer éternellement.

Le successeur de Kepler s'appelle Transiting Exoplanet Survey Satellite, ou Tess.

Les astronomes passeront encore sans doute des années à analyser les clichés pris par Kepler.

Recommande: