En immersion avec la "caravane" des migrants en Amérique centrale

28 Octobre, 2018, 10:58 | Auteur: Lynn Cook
  • Le président américain Donald Trump lors d'un meeting à Houston au Texas le 22 octobre 2018

"Il y a des zones dangereuses où on peut se faire enlever", dit-il, avant de courir pour tenter de monter à l'arrière d'un poids lourd.

"La police a dit aux conducteurs de ne pas nous emmener", regrette Ricardo Cruz, un migrant de 58 ans qui fait de l'auto-stop.

Pijijiapan, Mexique | AFP | vendredi 25/10/2018 - Malgré la fatigue croissante, les migrants honduriens ont poursuivi jeudi leur périple dans le sud du Mexique, en direction des Etats-Unis qui s'apprêtent à déployer 800 militaires à la frontière pour les stopper.

Depuis dimanche, la caravane a parcouru plus de 180 km sur une route alternant forêt tropicale et champs de maïs, flanquée de modestes demeures de cultivateurs. "Nous sommes nombreux mais nous serons peu nombreux à arriver", pronostique-t-il. Mais un porte-parole du Pentagone avait par la suite déclaré qu'aucune demande de renfort n'avait été formulée. "Les conditions dans lesquelles ils voyagent sont extrêmes", commente-t-elle.

Dans la matinée, des habitants de la localité leur ont offert offraient du café chaud, fourni des couvertures, des couches pour bébés, tentant de soulager des migrants exténués, qui n'ont cessé de marcher depuis leur départ le 13 octobre de San Pedro Sula, dans le nord du Honduras.

La compagnie de transport GrupoMexico, qui gère ce train, a indiqué mardi que le trafic était temporairement suspendu "du fait des fortes pluies dans l'Etat de Veracruz". "Ils sont épuisés", explique à l'AFP Rodrigo Abeja, de Peuples sans frontières, une ONG qui accompagne la "caravane" de près de 7.000 migrants, essentiellement honduriens, selon des estimations de l'ONU lundi.

En pleine campagne pour les élections de mi-mandat, le président américain a placé la question de l'immigration et de cette caravane au coeur de son message. Les démocrates doivent nous donner les voix pour faire passer des lois fortes (mais justes).

Le gouvernement mexicain a annoncé vendredi un plan d'aide pour les milliers de migrants centraméricains qui traversent actuellement le pays à destination des Etats-Unis. "En restant au Mexique, tu pourras recevoir des soins médicaux et même envoyer tes enfants à l'école", a promis M. Pena Nieto dans une vidéo publiée sur Twitter.

Fuyant la violence criminelle, l'instabilité politique ou la misère, les migrants affichent leur détermination d'atteindre les Etats-Unis en dépit des déclarations du président américain Donald Trump qui s'est engagé à les stopper en déployant au besoin son armée à la frontière, et a menacé de couper les aides versées aux pays d'Amérique centrale. Selon les autorités mexicaines, 1743 demandes d'asile ont été déposées depuis l'entrée de la "caravane" de 7000 personnes, pour la plupart honduriennes, sur le sol mexicain.

Recommande: