Manifestation contre les violences homophobes après une série d'agressions — Paris

22 Octobre, 2018, 12:42 | Auteur: Lynn Cook
  • Manifestation contre les violences homophobes après une série d'agressions — Paris

Les associations estiment que "depuis plusieurs semaines, presque quotidiennement, des agressions lesbophobes, gayphobes, biphobes ou transphobes se succèdent sur l'ensemble du territoire".

Des centaines de personnes se sont retrouvées sur la place de la République pour dire non à l'homophobie, comme en témoigne ce Facebook Live, réalisé dimanche après-midi. "Il y a une agression physique homophobe tous les trois jours en France", a-t-il rappelé. Guillaume Mélanie, président d'Urgences Homophobie, une association d'aide aux étrangers LGBT en danger dans leur pays, a été frappé à la sortie d'un restaurant.

" On a le droit d'être protégé comme les autres. Après son agression, il avait posté sur Twitter une photo de son visage tuméfié".

Selon Alexandre Nascioli, commissaire central du 7ème arrondissement de Paris, tout est fait pour réserver le meilleur accueil aux personnes LGBT: "Il n'y a pas de problème d'accueil à ma connaissance, mais je ne dis pas que ce n'est jamais arrivé", déclare-t-il.

"Joël Deumier, président de SOS Homophobie, a réclamé d'urgence une " campagne nationale " de sensibilisation contre les LGBTphobies et que toutes les paroles LGBTphobes, qu'elles viennent " du Pape, de la Manif pour tous ou de Marcel Campion", soient " systématiquement " condamnées par le gouvernement.

La Préfecture de police a pourtant assuré que les actes à caractère homophobe de ce type étaient en baisse par rapport à 2017 (74 agressions constatées entre janvier et septembre 2018, contre 118 l'an passé). Mais je n'ai pas eu le courage de porter plainte.

L'avocate Caroline Mecary a, quant à elle, tenu à rendre hommage au militant homosexuel Zacharias Kostopoulos, récemment assassiné en Grèce. Comme de nombreux manifestants présents à Paris dimanche, Benoît est descendu dans la rue pour dénoncer les agressions homophobes. Il a rendu publique son homosexualité, tout comme le secrétaire d'Etat en charge du numérique, Mounir Mahjoubi, également présent au rassemblement, aux côtés du porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux. Reste à savoir s'ils ont entendu l'appel qui leur a été aujourd'hui adressé...

Recommande: