Paris: ouverture d'une enquête pour viol entre élèves de maternelle

12 Octobre, 2018, 18:06 | Auteur: Lynn Cook
  • Ajouter aux favoris		iStock

Dans la foulée, la brigade des mineurs de Paris a été saisie de cette affaire de "viol en réunion".

L'auteur de cette déclaration, dont l'identité n'a pas été dévoilée, a décrit le "viol" dont aurait été victime une fillette de 4 ans dans la cour de son école de ce même arrondissement. Trois camarades du même âge l'auraient isolée sous une structure de jeu avant de lui retirer ses vêtements et de lui infliger une "pénétration digitale".

Les faits ont éclaté au grand jour en début de semaine, lorsqu'une personne s'est rendue au commissariat du XIIIe arrondissement pour y déposer une "main courante". La fillette aurait alors été victime de deux autres camarades. L'an passé, la fillette aurait déjà subi à deux reprises ce même type de faits, commis par deux autres camarades. Mise au courant du viol présumé mi-septembre, la directrice de l'établissement aurait déconseillé aux parents de porter l'affaire devant les tribunaux. Le maire (PS) de l'arrondissement, Jérôme Coumet, a indiqué qu'une "réunion aura lieu très prochainement au sein de l'école" en présence d'un pédopsychiatre pour "mettre les mots de professionnels sur ce qu'il s'est produit".

Ce comportement entre enfants est rare, mais pas impossible, selon la vice-présidente du Conseil national de protection de l'enfance (CNPE), Michèle Créoff. On est à l'âge des premiers émois. Cependant, la plainte provoquera des enquêtes sociales dans l'entourage des élèves concernés, notamment pour connaitre les raisons les poussant à faire de tels actes, mais surtout pourquoi leur choix s'est dirigé à l'encontre de la fillette. Tout cela doit aider à vérifier si les enfants, victimes ou auteurs, n'ont pas reproduit des gestes qu'ils auraient subi ou desquels ils auraient été témoins.

Un policier précise toutefois que dans la pratique "les parquets n'engagent pas de poursuites contre des enfants aussi petits".

Recommande: