Italie : 177 migrants bloqués au large de Lampedusa depuis 48 heures

24 Août, 2018, 14:24 | Auteur: Lynn Cook
  • Edition numérique des abonnés

Alors qu'ils approchaient de Lampedusa, ils ont finalement été secourus par l'équipage du Diciotti, un navire de la garde-côte italienne, qui attend depuis une décision sur le lieu où ils pourront être débarqués, or l'Italie et Malte refusent de les accueillir.

Le gouvernement maltais, qui avait laissé mercredi accoster l'Aquarius avec 141 migrants à bord après un accord pour les répartir dans plusieurs pays européens, a répliqué que les migrants avaient refusé l'aide d'une vedette maltaise parce qu'ils voulaient gagner l'île italienne de Lampedusa.

"J'ai demandé au navire italien de contacter les autorités maltaises (.) pour qu'elles mettent à disposition un port pour débarquer", a-t-il ajouté.

De son côté, Danilo Toninelli, le ministre italien des Transports, a salué dans un tweet, l'action des "vaillants garde-côtes qui ont accompli leur devoir en sauvant des vies humaines à seulement 17 km de Lampedusa", ajoutant: "Maintenant, l'Europe doit rapidement accomplir sa part".

Cette éventualité a toujours été catégoriquement exclue par les autorités européennes, qui considèrent que la Libye n'offre pas de port "sûr", une condition requise par le droit maritime international. Avant de souligner que dans la mesure où les Italiens ne s'étaient 'pas préoccupés de la sécurité des migrants quand le bateau était dans la zone de secours libyenne', ils ne pouvaient rien exiger de Malte. Et le ministre de l'Intérieur a critiqué la semaine dernière l'attitude des gardes-côtes italiens: ils ont recueilli les migrants dans la nuit du 15 au 16 août sans attendre l'autorisation de Rome. Le gouvernement leur demandait d'attendre que Malte s'en charge.

"Tous les bateaux utilisés par les migrants quittant la Libye ne sont pas adaptés pour ce voyage et sont automatiquement considérés comme en détresse, même s'ils ne sont pas en train de couler au moment du sauvetage", a fait valoir jeudi Flavio Di Giacomo, porte-parole en Italie de l'Organisation internationale pour les migrations (OIM).

L'Italie, qui a enregistré plus de 650.000 arrivées de migrants sur ses côtes depuis 2014, "ne sera plus le camp de réfugiés de l'Europe", affirme le ministre de l'Intérieur et chef de file de la Ligue, Matteo Salvini, qui en appelle à la solidarité européenne.

Les 450 migrants étaient restés trois jours à bord du Diciotti, jusqu'à ce que Matteo Salvini les laisse débarquer en Sicile après avoir obtenu que d'autres Etats européens en accueillent une partie.

Recommande: