Blackkklansman : Spike Lee retrace la folle histoire vraie d'un policier noir

24 Août, 2018, 13:25 | Auteur: Sue Barrett
  • Blackkklansman : Spike Lee retrace la folle histoire vraie d'un policier noir

Le dernier film de Spike Lee, sacré Grand Prix du jury lors du Festival de Cannes 2018, sort en salles ce mercredi.

À la fin des années 1970, Ron Stallworth rêve d'intégrer la police de Colorado Springs.

Le rôle est interprété par John David Washington, le fils de Denzel Washington. A eux deux, ils vont mener l'enquête et tenter notamment de déjouer une opération meurtrière en préparation... Une satire caustique et brillante Spike Lee mêle le sérieux de la charge à la dimension absurde de l'histoire: un noir et un juif parvenant à ridiculiser les dirigeants d'une organisation prônant la supériorité de la race blanche et à envoyer certains de ses membres en prison. Parfois agressif lorsque son cinéma se fait plus militant, Spike Lee trouve la juste mesure avec une colère plus que légitime, hélas d'actualité. L'occasion de s'en prendre au président américain Donald Trump. Une séquence émouvante met en scène le vieil acteur-chanteur Harry Belafonte (91 ans) racontant à ses proches un lynchage. Mais "ce serait une erreur de se focaliser sur lui", expliquait-il à Cannes dans une interview à Télérama (à lire ici). "Il ne faut pas rester silencieux, il faut élever la voix".

BlacKkKlansman est sans conteste un film politique, mais ce pamphlet contre le racisme est aussi un très bon polar qui réserve au spectateur tout un panel d'émotions, de l'angoisse forcément - avec de tels fachos armés, on risque sa peau -, mais aussi du rire: le jeune flic inexpérimenté ayant donné son vrai nom au téléphone, Flip doit se faire passer pour lui.

Recommande: