Enquête ouverte sur le survol d'une résidence présidentielle par un drone — France

08 Août, 2018, 00:09 | Auteur: Sue Barrett
  • Enquête ouverte sur le survol du fort de Brégançon par un drone

Le président de la République Emmanuel Macron s'est adonné à son premier bain de foule ce soir, sur le bord de la route menant au Fort de Brégançon (Var) où il loge pour deux semaines de vacances.

Cette résidence, est le fort de Brégançon, qui est situé, sur les hauteurs de la ville et qui est depuis 1968, le lieu de villégiature des présidents français. "Ce drone est tombé à l'eau et une enquête a été ouverte par le parquet de Toulon", a indiqué la préfecture sans donner les raisons de la chute de l'engin ni préciser si le drone avait été récupéré.

Un arrêté interministériel du 14 mars 2008 a créé une zone réglementée interdisant le survol, par tout aéronef, à moins de 3.300 pieds (environ 1.000 mètres) et dans un rayon de 3 kilomètres comprenant le Fort de Brégançon, a rappelé la préfecture du Var.

Il y a accueilli Theresa May, Première ministre britannique, pour des négociations autour du Brexit.

"Cet arrêté est actuellement effectif pour la période du 3 au 28 août 2018 et rendu public par un message aux navigants aériens (Notam) émis par la base aéronavale de Hyères", a-t-elle précisé. Le couple Macron doit séjourner quinze jours au fort de Brégançon sans que l'on sache encore si une apparition publique est prévue. Après une halte devant l'église Saint-Trophyme, Brigitte Macron a fini par se rendre dans le cœur du village, avenue Lou-Mistraou, où attendaient flashs des appareils photos et stupéfaction des Borméens.

Depuis, l'Élysée a indiqué que "l'ensemble du programme de congés du président (était) privé et non officiel" et que "les sorties du président (étaient) toutes privées".

Recommande: