Reçu au Kremlin, Macron félicite Poutine pour un "parfait déroulement" du Mondial

16 Juillet, 2018, 17:41 | Auteur: Lynn Cook
  • Edition numérique des abonnés

Les 12 Russes auraient "comploté pour obtenir un accès non autorisé aux ordinateurs de personnes ou d'entités américaines impliquées dans l'élection présidentielle américaine, voler des documents à partir de ces ordinateurs et organiser la publication de documents pour s'ingérer dans l'élection", selon l'acte d'accusation.

Vladimir Poutine et Donald Trump se rencontreront le 16 juillet à Helsinki pour leur premier sommet bilatéral.

Douze membres des services de renseignement russes ont été inculpés vendredi par un grand jury américain pour avoir piraté les systèmes informatiques d'Hillary Clinton, candidate démocrate à la présidentielle de 2016, et du Comité national de son parti. Le président américain Donald Trump a été informé cette semaine de ces développements, a indiqué le numéro deux du département américain de la justice. Ils auraient également transféré des documents "à une autre organisation qui n'est pas nommée" mais qui est vraisemblablement WikiLeaks.

Cette annonce met toutefois la pression sur Donald Trump qui rencontre lundi son homologue russe, Vladimir Poutine, à Helsinki, où les deux responsables devraient évoquer le sujet.

A l'issue du sommet du G7 au Canada, Emmanuel Macron avait déclaré qu'il aimerait pouvoir inviter son homologue russe au sommet qui sera organisé à Biarritz mais que ceci dépendrait en particulier de l'application par la Russie du processus de Minsk sur le règlement du conflit en Urkaine. Mais la Maison Blanche a balayé la demande.

Si les étapes du 45e président des Etats-Unis à Bruxelles et à Londres ont été agitées, marquées par ses charges virulentes contre ses alliés de l'Otan, l'Allemagne en tête, accusée d'être " prisonnière " des Russes les points de friction entre Washington et Moscou ne manquent pas. "Il était important que le président sache quelles informations nous avions découvertes car il doit prendre des décisions très importantes pour le pays", a-t-il-ajouté.

Edition numérique des abonnés
Reçu au Kremlin, Macron félicite Poutine pour un "parfait déroulement" du Mondial

Une porte-parole de la Maison Blanche s'est félicitée que ces mises en accusation écartent selon elle l'hypothèse d'une coopération.

Lindsay Walters a souligné "l'absence d'allégation sur une implication intentionnelle de quiconque au sein de la campagne (Trump) et l'absence d'allégation sur le fait que ce piratage ait affecté le résultat de l'élection, ce qui correspond à ce que nous avons toujours dit ".

Robert Mueller, nommé par le ministère de la justice en mai 2017 pour reprendre les investigations du FBI, enquête également sur les soupçons de collusion entre l'équipe de campagne de Donald Trump et les autorités russes.

Dans cette enquête, 13 ressortissants et trois sociétés russes ont été inculpés en février pour avoir tenté depuis la Russie de déstabiliser la campagne électorale en utilisant les réseaux sociaux.

Elle avait pris l'exemple des messages piratés du président de son équipe de campagne, John Podesta, qui avaient été diffusés par WikiLeaks en octobre, dans l'heure ayant suivi la divulgation dans la presse d'une vidéo de Donald Trump tenant des propos obscènes sur les femmes.

Recommande: