Cour suprême : un départ qui tombe à pic pour Trump

29 Juin, 2018, 16:25 | Auteur: Lynn Cook
  • Cour suprême : un départ qui tombe à pic pour Trump

Selon le jugement, la politique n'est pas " anti-musulmans", comme le prétendent ses détracteurs.

Anthony Kennedy, l'un des neuf juges de la Cour suprême des Etats-Unis, a annoncé mercredi son départ à la retraite en juillet prochain.

Or cette Cour, composée de 9 juges, est divisée entre conservateurs et progressistes et les jugements sont souvent rendus avec une seule voix de majorité.

Ces décisions traduisent-elles une évolution de la Cour suprême? Ce départ est une mauvaise nouvelle pour les droits des personnes LGBT, puisqu'il ouvre la possibilité pour Donald Trump de nommer un remplaçant d'Anthony Kennedy et ainsi d'ancrer dans le conservatisme cette institution clé. L'année dernière, après la mort d'Antonin Scalia, le 45e président américain avait déjà nommé un juge conservateur à la Cour suprême, Neil Gorsuch, apportant la majorité aux juges conservateurs.

"Le président des États-Unis possède un pouvoir extraordinaire de parler à ses concitoyens et en leur nom. Nos présidents ont souvent utilisé ce pouvoir pour épouser les principes de liberté religieuse et de tolérance sur lesquels cette nation a été fondée", a-t-il écrit dans un arrêté.

En effet, les frontières américaines seront fermées aux ressortissants des six pays majoritairement musulmans suivants: Yémen, Syrie, Libye, Iran, Somalie et Corée du Nord. Or au moins deux sénatrices républicaines, Susan Collins et Lisa Murkowski, défendent le droit à l'avortement.

La Cour suprême peut décider de casser la décision d'une juridiction inférieure et lui demander de réexaminer le dossier.

Depuis un arrêt de la Cour suprême de 1992, les États ont le droit de mettre en place "des mesures qui favorisent la naissance par rapport à l'avortement, même si ces mesures n'ont pas d'intérêt médical".

L'instance se voit reprocher d'être politisée, notamment depuis l'élection présidentielle de 2000, marquée par un incroyable imbroglio en Floride finalement tranché par la cour en faveur de George Bush au détriment d'Al Gore.

Trump va-t-il réussir à faire élire son candidat?

Ce retrait va permettre à Donald Trump de nommer un nouveau juge pour remplacer Anthony Kennedy, un conservateur qui, sur certains sujets sociétaux comme l'avortement ou le mariage homosexuel, ralliait les juges progressistes. "En jeu, se trouvent le sort de notre système de santé, le droit des femmes en matière de procréation et d'innombrables protections pour les Américains moyens".

Aussi bien la présidence des États-Unis en émettant un tel décret, que la Cour suprême américaine en le validant, rendant légal et légitimant une pratique discriminatoire fondée sur l'origine nationale.

Son processus de remplacement promet toutefois d'être semé d'embûches: les élus démocrates n'ont pas pardonné à la majorité républicaine au Sénat d'avoir bloqué la nomination du juge progressiste voulu par Barack Obama en 2016. Dans un pays extrêmement polarisé politiquement, la confirmation du juge Gorsuch a fait l'objet d'une âpre bataille. Il a salué un homme ayant une véritable "vision" et beaucoup de "coeur".

Recommande: