Choc puis guerre de mots entre Grosjean et Ocon

25 Juin, 2018, 22:38 | Auteur: Ruben Ruiz
  • Choc puis guerre de mots entre Grosjean et Ocon

Le circuit Paul-Ricard, unique de par son revêtement de " grip " - adhérence - de différentes couleurs, s'est révélé spectaculaire. De quoi compliquer encore l'ambiance entre pilotes français d'ici au prochain Grand Prix, qui se disputera le dans une semaine en Autriche. "Sans cela, j'aurais peut-être pu gagner une position sur Kevin (Magnussen) qui était proche à l'arrivée (1,3 seconde sous le drapeau, ndlr), c'est dommage", conclut-il. "Je fais un bon départ, je suis à côté de Romain (Grosjean) mais à la limite de la piste à gauche, explique-t-il, à la sortie des stands".

"L'incident du premier tour, c'est surtout Romain qui m'a mis un coup de volant énorme sans aucune raison". Moi j'avais déjà une roue en dehors de la ligne donc je ne pouvais pas aller plus à gauche. Je ne comprends pas pourquoi il fait ça. Je me prends un coup de volant, j'allais presque déjà abandonner à cause de ça. J'ai tellement tapé fort sur le volant que j'ai dû le casser. Ce n'est pas cool, je suis passager dans toute l'histoire en plus. Je prépare cette course depuis longtemps et ça s'arrête après trois virages, c'est petit. J'ai parlé à Pierre, je ne suis pas énervé contre lui, je suis énervé contre Romain. Car c'est lui qui me met dans cette situation, qui m'endommage la voiture énormément. "Donc Pierre, c'est la conséquence de ce qui m'arrive au premier virage".

La réaction de Grosjean, finalement 11e de la course et hors des points, a, elle, été cinglante.

"Il regarde à droite, il y a Leclerc".

De son côté, Pierre Gasly (Toro Rosso) a regretté le manque de place dans le virage numéro 3. Je suis là, j'essaie de rester sur la piste. " Reconnu fautif par les commissaires de course et pénalisé de 5 secondes, Romain Grosjean a répliqué à Esteban Ocon par point presse interposé: " Qu'il apprenne avant de parler, sérieusement. "Je pense qu'il ne m'a pas vu, il a pris la trajectoire comme s'il n'y avait personne et du coup c'était impossible d'éviter le contact".

Au final, ce sont les supporters, pourtant venus en masse et ayant affronté bouchons et intempéries (un terrible orage a éclaté, quelques minutes après l'arrivée de la course) pendant une partie du week-end qui auront été les plus déçus de ce résultat blanc et vierge de notre contingent.

Recommande: