Le gouvernement veut simplifier le système — Epargne retraite

03 Mai, 2018, 15:21 | Auteur: Aubrey Nash
  • Edition numérique des abonnés

Bruno Le Maire avait déjà indiqué fin mars sa volonté de simplifier ces produits, dans le cadre de la future loi "Pacte" sur le financement de l'économie. Ils resteraient certes des produits " tunnels", c'est-à-dire que l'épargne est bloquée jusqu'à l'âge de la retraite. "Nous voulons la développer pour permettre aux Français de mieux se préparer à la retraite mais aussi de mieux financer l'économie", précise-t-il. Cette réforme composée de 70 articles devrait à priori répondre aux attentes des petites entreprises pour qu'elles puissent avoir les moyens de grandir et de récompenser les salariés. Une fois à la retraite, l'épargnant pourrait en effet choisir de toucher son dû entièrement en capital dans de nombreux cas, alors que la rente (complément de revenu versé périodiquement jusqu'au décès) est aujourd'hui obligatoire pour l'essentiel des sommes investies. A l'avenir, le ministre envisage d'assurer "la portabilité totale des quatre dispositifs actuels".

Actuellement, l'encours des produits d'épargne retraite se monte à 200 milliards d'euros, contre 2 100 milliards pour le Livret A et l'assurance.

Mesure phare annoncée par Bruno Le Maire: "chacun sera libre de sortir le fruit de son épargne volontaire, mais aussi de l'intéressement et de la participation, soit en capital soit en rente". Cela peut être payé soit en capital soit en rente. À terme, c'est à dire d'ici la fin du quinquennat, le gouvernement a un objectif d'encours de 300 milliards d'euros. Dans l'atteinte de cet objectif chiffré, Bruno Le Maire cite ces mesures ainsi que des incitations fiscales. "Pour chaque versement volontaire effectué par l'épargnant, vous aurez le droit à une déduction fiscale".

Recommande: