Corée du Nord: "lourd bilan" d'un accident impliquant des touristes chinois

26 Avril, 2018, 04:32 | Auteur: Lynn Cook

La Corée du Sud a interrompu sa propagande lundi afin d'alléger les tensions militaires et de créer un environnement pacifique propice aux discussions, a expliqué par voie de communiqué le ministère sud-coréen de la Défense.

Tentant de démoraliser les troupes du Nord et de faire circuler des informations interdites par Pyongyang, Séoul avait installé, dès 1963 - soit dix ans après la signature de l'armistice dans la péninsule -, un réseau de haut-parleurs en une quarantaine de points géographiques stratégiques permettant au son de pénétrer à plusieurs kilomètres à l'intérieur du pays.

À l'issue de son entrevue avec son homologue thaïlandais, Jim Mattis a déclaré qu'il y a des "raisons d'être optimiste" sur l'issue des négociations avec la Corée du Nord après les annonces du dirigeant nord-coréen Kim Jong-un sur l'abandon des tests de missiles et de bombe atomique. Des dizaines de milliers de soldats sont déployés dans la zone démilitarisée (DMZ).

Les discussions devraient porter essentiellement sur le programme nucléaire du Nord.

Mais le leader nord-coréen n'a pas évoqué le démantèlement de son arsenal. Trois jours après l'annonce de la suspension de ses essais nucléaires par Pyongyang, Donald Trump a loué mardi l'attitude de Kim Jong Un qu'il doit rencontrer prochainement, estimant qu'il avait été "très ouvert" et avait eu un comportement "très honorable". Le président américain a vite salué le geste sur Twitter. Selon le Trésor américain, ces sanctions visent un individu, 27 entités et 28 navires localisés ou enregistrés en Corée du Nord, en Chine, à Singapour, à Taïwan, à Hong Kong, aux îles Marshall, en Tanzanie, au Panama et aux Comores. "Ils se débarrassent de leurs bombes atomiques", a-t-il déclaré.