Moscou riposte en expulsant 60 diplomates américains — Affaire Skripal

31 Mars, 2018, 04:31 | Auteur: Lynn Cook
  • Maria Zakharova

"Nous souhaitons réagir à des décisions absolument inadmissibles, qui ont été prises contre nous sous forte pression des États-Unis et de la Grande-Bretagne", a-t-il ajouté.

Londres accuse les Russes d'être derrière cette tentative d'assassinat.

La guerre diplomatique continue donc entre la Russie et l'Europe, après l'empoisonnement de Sergueï Skripal et de sa fille Ioulia, au Royaume-Uni. Ils sont depuis hospitalisés dans un état "critique ". "L'agent employé appartient au groupe " Novitchok " (" nouveau venu " ou " petit nouveau " en russe), conçu à la fin de la Guerre froide. Les services de renseignement US auraient proposé à ces diplomates " une aide réciproque", selon les Russes. Quatre pour l'Allemagne et la France par exemple, 13 pour l'Ukraine et 60 pour les États-Unis.

Les Américains ont annoncé cette semaine le renvoi de 48 diplomates russes attachés à l'ambassade de Russie à Washington et de 12 autres travaillant à la mission russe à l'ONU.

L'Otan dénonce une attaque " extrêmement grave ", assurant qu'elle " défendra tous ses membres contre toute menace ".

"Cette décision de Moscou n'est pas une surprise", a déclaré le chef de la diplomatie allemande Heiko Maas, cité dans un communiqué.

Rameau d'olivier symbole de la paix
Sputnik. Oleg Lastochkin Les pays qui n’ont pas rejoint le flashmob d’expulsions de diplomates russes

Réélu, Vladimir Poutine qualifie les accusations britanniques de " grand n'importe quoi ".

Selon les enquêteurs britanniques, c'est sur la porte d'entrée du domicile de Sergueï Skripal que la plus haute concentration de l'agent neurotoxique utilisé comme poison a été retrouvée.

Le 20, des experts de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) arrivent au Royaume-Uni pour recueillir des échantillons du poison utilisé contre M. Skripal et sa fille. Tout au long de l'après-midi, les unes après les autres, les missions diplomatiques des pays visés ont annoncé le nombre de leurs diplomates dont le Kremlin a ordonné l'expulsion, qui correspond à chaque fois au nombre de Russes chassés de chacun de ces pays. Les autorités britanniques ont imputé la responsabilité de leur empoisonnement à la Russie.

Le 22, le policier victime du poison quitte l'hôpital. Moscou dénonce une " provocation " et promet de riposter.

"Le porte-parole a également confirmé que 31 diplomates canadiens resteraient en poste en Russie, dont l'ambassadeur John R. Kur".

A Saint-Pétersbourg, ancienne capitale impériale russe, l'évacuation des meubles et des cartons était en cours vendredi au consulat général des Etats-Unis, à la veille prévue de sa fermeture, a constaté une journaliste de l'AFP.

Recommande: