Marielle Franco, l'espoir des favelas, assassinée à 38 ans — Brésil

18 Mars, 2018, 01:49 | Auteur: Lynn Cook
  • Elle a été tuée par balle alors qu'elle revenait d'un rassemblement pour la promotion des femmes noires

Dans la soirée du 14 mars, Marielle Franco a été tuée par balles dans le quartier d'Estácio, dans le centre de Rio. La voiture dans laquelle elle se trouvait a été criblée de balles.

Des rassemblements ont été appelés ce jeudi dans plusieurs endroits de la ville.

Deux jours après l'assassinat de la conseillère municipale de Rio de Janeiro Marielle Franco, le Brésil était encore submergé par l'émotion et le sentiment de révolte. TV Globo, la plus grande chaîne du pays, a révélé vendredi que les balles de calibre 9 mm qui ont tué la conseillère municipale et son chauffeur mercredi venaient d'un lot vendu à la police fédérale en 2006.

Les policiers "terrorisent les habitants d'Acari (...) Cela a empiré depuis l'intervention des militaires", avait-elle écrit samedi dernier.

La police fédérale a indiqué dans un communiqué qu'une enquête avait été ouverte 'pour évaluer l'origine des munitions (.) retrouvées sur le lieu du crime'. Le ministre de la Sécurité publique, Raul Jungmann, a promis que "tout sera (it) mis en oeuvre pour punir les responsables de ce crime barbare". Selon la presse brésilienne, la police part de l'hypothèse d'une exécution.

Le président Michel Temer a qualifié cet assassinat "d'inadmissible", évoquant un "attentat à la démocratie et à l'Etat de droit", à l'issue d'une réunion avec plusieurs ministres à Brasilia.

En 2016, une commission parlementaire de l'Assemblée de Rio avait établi l'implication de policiers, gardiens de prison et militaires dans un réseau de trafic d'armes.

Présent au Brésil, pour participer au Forum social mondial qui s'y tenait du 13 au 17 mars dans la ville de Salvador de Bahia, le philosophe français Patrick Viveret a témoigné, sur son profil Facebook: " Nous pouvons d'autant plus vérifier l'enjeu du conflit entre la logique des forces de vie et celle des forces de mort, qu'une jeune élue de Rio vient d'être assassinée, probablement par des éléments d´extrême droite de la police.

Les tirs qui ont atteint Marielle Franco, ont aussi atteint la démocratie.

Pluie de réactions sur les réseaux sociauxL'assassinat de la conseillère a aussi suscité une pluie de réactions sur les réseaux sociaux.

Elle avait écrit ce message en réaction au décès d'un jeune tué par balles alors qu'il sortait d'une église, une possible bavure policière.

Les Brésiliens sont sous le choc et n'ont pas hésité à manifester leur tristesse et leur indignation dans les rues après le meurtre de Marielle Franco.

Marielle Franco, 38 ans, qui a grandi dans une favela de Rio, était un symbole de la lutte des femmes noires brésiliennes contre le racisme et la violence policière.

Le jeudi 15 mars, des milliers de Brésiliens indignés avaient fait leurs adieux à Marielle Franco. À Londres, les ONG The London Latinxs et Democracy Brazil-UK ont convoqué en fin d'après-midi un rassemblement qui a réuni une cinquantaine de personnes devant l'ambassade du Brésil.

Recommande: