Ex-espion russe empoisonné : Londres en veut au " Kremlin de Poutine "

18 Mars, 2018, 01:35 | Auteur: Lynn Cook
  • Poutine victorieux J’y vois la confiance et l’espoir de notre peuple

Le ton ne cesse de monter entre Moscou et Londres, soutenus par ses principaux alliés occidentaux, depuis que Sergueï Skripal, 66 ans, qui vit en Grande-Bretagne, et sa fille Ioulia, 33 ans, citoyenne russe, ont été victimes d'une attaque avec un agent innervant militaire de conception russe selon les autorités britanniques.

La Première ministre britannique Theresa May a annoncé mercredi l'expulsion de 23 diplomates russes du Royaume-Uni, après avoir jugé la Russie "coupable" de l'empoisonnement de l'ex-espion russe Sergueï Skripal sur le sol britannique.

"Cela constitue un usage illégal de la force par l'État russe contre le Royaume-Uni", a ajouté Theresa May, qui s'exprimait après l'expiration, mardi à minuit, d'un ultimatum qu'elle avait fixé à la Russie pour fournir des explications sur l'empoisonnement, survenu le 4 mars à Salisbury (sud-ouest de l'Angleterre).

Rappelons, qu'une véritable guerre verbale avait opposé il y a deux semaines, au cours d'un débat télévisé, Ksénia Sobtchak à Vladimir Jirinovski, le candidat du Parti libéral-démocrate de Russie (LDPR). La cheffe du gouvernement a également annoncé la "suspension des contacts bilatéraux" avec Moscou.

Le boycott par les membres du gouvernement et de la famille royale britannique de la Coupe du monde de football en Russie qui aura lieu du 14 juin au 15 juillet. Les autorités britanniques accusent la Russie d'être responsable de l'empoisonnement de Sergueï Skripal. Si le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a annoncé ce 16 mars que la Russie "arrêtait de prêter attention" aux commentaires concernant l'empoisonnement de l'ex-espion russe Sergueï Skripal, il a précisé que la Russie prévoyait "bien sûr" d'expulser des diplomates britanniques.

"J'exprime ma pleine solidarité avec la Première ministre (britannique, ndlr) Theresa May après l'attaque brutale inspirée, très probablement, par Moscou", a écrit M. Tusk sur son compte Twitter en marge d'une visite officielle dans la capitale finlandaise.

Les relations entre Londres et Moscou sont de plus en plus tendues.

L'empoisonnement en Angleterre le 4 mars de l'ex-agent double russe Sergueï Skripal et de sa fille Ioulia, hospitalisés dans un état critique, a pris ces dernières heures des allures de confrontation Est-Ouest.

Selon Londres, la substance utilisée appartient au groupe des agents toxiques "Novitchok", mis au point par la Russie à l'époque soviétique.

Theresa May a demandé une réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'ONU qui doit se tenir dans la soirée.

La Russie, qui rejette ces accusations, a promis des mesures de représailles "d'une minute à l'autre".

Recommande: