Salah Abdeslam sort brièvement de son silence devant la justice — France

10 Mars, 2018, 00:28 | Auteur: Lynn Cook
  • Salah Abdeslam sort brièvement de son silence devant la justice — France

Le lendemain, à son arrivée à Bruxelles, Salah Abdeslam avait rejoint Ali Oulkadi dans un café belge.

Le jour de son arrestation à Molenbeek, le 18 mars 2016, Salah Abdeslam avait commencé à s'exprimer face aux enquêteurs belges, mêlant vérités et mensonges éhontés.

Lors de cette confrontation, Salah Abdeslam s'est exprimé à plusieurs reprises pour dédouaner Ali Oukaldi, qui était un ami proche de son frère, Brahim.

Le suspect-clé des attentats qui ont fait 130 morts à Paris et Saint-Denis, dans la banlieue nord, a en revanche exercé son droit au silence pendant le reste de la confrontation, qui a duré un peu plus d'une heure, dans le bureau d'un des six magistrats responsable du dossier.

Salah Abdeslam a précisé lors de l'audition de ce vendredi le rôle d'Ali Oulkadi après les attentats de Paris, assurant que ce dernier n'était effectivement intervenu que pour le mener dans le quartier de la Cage aux Ours à Schaerbeek. C'est une fois arrivé à Bruxelles, en Belgique, qu'Ali Oulkadi a conduit le fugitif jusqu'à l'appartement rue Berger, où avaient notamment été fabriquées les ceintures d'explosifs.

Alors qu'une trace de l'ADN de Ali Oulkadi a été retrouvée sur une fourchette dans l'un des appartements conspiratifs, les 2 hommes insistent qu'il n'y est jamais entré. Mais le juge antiterroriste français a interpellé Salah Abdeslam qui est alors sorti de son silence. En avril 2017, il avait ainsi écouté en silence les quelque 150 questions de Christophe Tessier. "Jugez-moi, je place ma confiance en Allah, je n'ai rien à ajouter", avait-il seulement déclaré. Il avait ensuite refusé de retourner au procès. Car des zones d'ombre entourent encore le rôle exact du terroriste présumé, âgé de 28 ans.

Recommande: