Anne Hidalgo annonce sa "candidature de coalition" pour les prochaines municipales — Paris

05 Mars, 2018, 14:48 | Auteur: Lynn Cook
  • Anne Hidalgo persiste dans la bataille des berges de Seine

Confrontée récemment à plusieurs coups durs, avec les ratés du projet de Vélib' et l'annulation par la justice de la piétonnisation des voies sur berges, Anne Hidalgo admet que "diriger une ville comme Paris n'est pas un long fleuve tranquille". Sa stratégie: créer une large coalition.

Sous le feu des critiques et après une année 2017 difficle, Anne Hidalgo prépare sa candidature pour 2020.

"Il est vrai que certains députés LREM sont partis dans une démarche très agressive à l'égard de la majorité municipale..." Avec l'exécutif, "pour l'instant, même si je peux avoir des désaccords, les choses se passent globalement bien".

Affirmant qu'elle ne "rentrera pas à LREM", elle dit être "une femme de gauche, social-démocrate, écolo et européenne". Anne Hidalgo affirme être avec le gouvernement "dans une démarche de co-construction". "Ma responsabilité n'est pas d'être une opposante politique mais d'être la maire de Paris". Dans une interview publiée lundi par Libération, elle dit vouloir pour ce faire "construire une alliance citoyenne" sur les questions de l'attractivité internationale de la capitale, de la lutte contre le changement climatique et la pollution et sur le défi de la solidarité. Le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, proche d'Emmanuel Macron et élu de la capitale, fait figure de candidat potentiel de La République En Marche, parti du chef de l'Etat, à la mairie de Paris, lors des prochaines municipales.

" Aujourd'hui, le sujet, c'est de se mettre tous autour de la table et de trouver des mesures compensatoires qui permettent à cette piétonnisation de se faire mais dans le respect de la banlieue". "Je pense que le président de la République est davantage soucieux des résultats que des étiquettes", rétorque Anne Hidalgo.

La maire socialiste annonce également son intention de faire appel de la décision du tribunal administratif et assure que le préfet de police de Paris, comme l'Elysée, sont convaincus qu'il ne faut pas rouvrir les berges à la circulation automobile. "Je serai Paris", répond l'élue, en précisant ne soutenir "personne" dans les candidats pour la tête du PS, car elle a "beaucoup de choses à faire à Paris". "Il faut être capable d'apporter des corrections tout en tenant le cap, la vision que je porte avec mon équipe pour cette ville".

Mais "ces transitions, c'est important de les expliquer et de les accompagner", a-t-elle ajouté.

Recommande: