Sa défense mise à mal — Affaire Tariq Ramadan

25 Février, 2018, 02:23 | Auteur: Lynn Cook
  • Sa défense mise à mal — Affaire Tariq Ramadan

Selon ce document, le vol de la compagnie Iberia, en provenance de Madrid, était prévu à 11h15 et non à 18h35, comme l'a pourtant affirmé le théologien suisse poursuivi et incarcéré pour viol depuis le 2 février à la prison de Fleury-Mérogis. Une déclaration qui fragilisait le témoignage de la seconde victime qui affirmait que les faits reprochés au théologien - à savoir de l'avoir contrainte à des rapports sexuels d'une grande violence - avaient eu lieu deux ou trois heures avant la conférence qu'il tenait le soir même à Lyon.

"A quelle heure est-il vraiment arrivé le 9 octobre 2009 à Lyon, date à laquelle aurait eu lieu le deuxième viol?", questionne le quotidien français.

C'est l'alibi brandi par Tariq Ramadan et censé le disculper pour l'un des deux viols qui lui valent d'être aujourd'hui mis en examen: une réservation d'avion qui montrerait que le théologien suisse n'a pu commettre les faits dont l'accuse l'une des plaignantes, le 9 octobre 2009. En milieu de journée et non pas en fin d'après-midi, selon un dossier de réservation consulté par Libération et publié, vendredi après-midi, par le site d'informations Muslim Post. L'avocat de Tariq Ramadan Me Yassine Bouzrou, assure de son côté n'avoir vu "aucun élément à ce sujet dans le dossier d'instruction".

Par ailleurs, cette conférence, organisée par l'UJM (Union des jeunes musulmans) et devant débuter à 20h30, a été retardée.

La situation semble se corser pour Tariq Ramadan, on semble assister à la chute de l'idole d'une grosse partie de la jeunesse musulmane. Libé précise que l'emploi du temps de Tariq Ramadan ce jour-là devrait "être très prochainement clarifié" avec l'audition la semaine prochaine de plusieurs personnes "dont des organisateurs de la conférence".