Échange théâtral et menaçant entre Netanyahu et l'Iran à Munich (Vidéo) — Syrie

19 Février, 2018, 03:34 | Auteur: Lynn Cook
  • Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu brandit un morceau de métal présenté comme provenant d'un drone iranien abattu par Israël le 18 février 2018 pendant la Conférence de Munich sur la sécurit

Brandissant un fragment de ce qu'il dit être un drone iranien abattu ce mois-ci après une incursion dans l'espace aérien israélien, Benyamin Nétanyahou a déclaré à la conférence de Munich sur la sécurité qu' " Israël ne permettra pas au régime [iranien] de couler un noeud de terreur autour de notre cou ". "Vous pouvez ramener avec vous un message aux tyrans de Téhéran: ne testez pas la détermination d'Israël!"

Le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif a qualifié dimanche de "cirque caricatural" l'intervention très théâtrale du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, qui a menacé Téhéran de violentes représailles en cas d'agression depuis la Syrie. Il a interpellé à cet effet le ministre iranien des Affaires étrangères, Javad Zarif: "Voilà un bout du drone iranien!" "Vous-le reconnaissez? vous devriez, c'est le vôtre!" Le chef de la diplomatie iranienne doit s'exprimer plus tard dans la matinée. "C'est à vous!" En tenant un morceau drone iranien détruit par #Israel la semaine dernière. Cette confrontation inattendue entre Israël et la Syrie, parce qu' elle constitue une préparation de l'opinion pour un conflit beaucoup plus vaste, n'a cessé depuis de faire craindre une dangereuse escalade habilement programmée par les faucons israéliens, à tel point que le responsable parlementaire russe Alexeï Poushkov a averti: "Vous bombardez l'Iran, et quid de la suite?"

Benjamin Netanyahou a choqué l'assistance ce dimanche à l'occasion de la conférence sur la sécurité qui se tient dans la capitale bavaroise. "La question iranienne nécessite d'agir avec responsabilité". Pour la majorité des observateurs, Benjamin Netanyahu cherchait ainsi à détourner l'attention de l'opinion israélienne de ses démêlés actuels et futurs avec les autorités judiciaires qui, sur la base d'un rapport circonstancié concluant une longue enquête de la police, estiment prévisible une sanction sévère et donc le retrait de la vie politique du Premier ministre sioniste en poste depuis environ 10 ans.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu montre une carte du Moyen Orient pendant une discussion avec le président de la Conférence de Munich sur la sécurité Wolfgang Ischinger
Échange théâtral et menaçant entre Netanyahu et l'Iran à Munich (Vidéo) — Syrie

"Une entrée d'Israël dans la guerre en Syrie pourrait entraîner une dérive catastrophique, alors qu'Américains, Turcs, Russes et Iraniens y sont déjà parties prenantes, avec des objectifs concurrents et impliquant forces prorégime, jihadistes, l'opposition armée ou encore les milices kurdes". Des frappes américaines ont ainsi récemment tué des militaires russes et des forces favorables au régime de Bachar al-Assad. "Jamais depuis quatre ans, on avait vu de grands pays s'engager militairement, directement à l'intérieur de la Syrie. Cela a entraîné des incidents et c'est inquiétant", a relevé Staffan de Mistura, l'envoyé spécial sur pour la Syrie de l'ONU.

Selon lui, dans "un peu plus d'une décennie" Téhéran disposera de la bombe atomique. "Il développe des missiles balistiques pour atteindre l'Europe et les Etats-Unis aussi", a-t-il aussi accusé: "c'est à mon avis la plus grande menace existante pour le monde". "Une fois équipée d'armes nucléaires, l'agression iranienne sera incontrôlable et elle visera le monde entier", a affirmé Benjamin Netanyahu.

Recommande: