Les Etats-Unis "respectent profondément" les Africains, selon Trump

02 Février, 2018, 15:31 | Auteur: Lynn Cook
  • Les principaux points du discours de Donald Trump sur l'état de l'Union

Donald Trump s'en prend à l'Union européenne dans une interview télévisée, estimant que la politique commerciale de Bruxelles envers les Etats-Unis est "très injuste".

" Merci, Obama: voilà deux mots que nous n'entendrons pas ce soir dans la bouche du président Trump sur l'économie", a ironisé par avance Chuck Schumer, chef de file des démocrates au Sénat, ravivant un débat récurrent sur la part qui doit être attribuée à Donald Trump dans la vigueur actuelle de l'économie.

Au cours de l'entretien, Donald Trump a félicité Paul Kagamé pour sa désignation à la tête de l'Union africaine (UA). Un Nord-Coréen ayant fait défection et aujourd'hui réfugié au Sud a fait partie des invités d'honneur du président Donald Trump pour son discours sur l'état de l'Union au Congrès mardi. Il a pu renouveler son Daca à temps pour obtenir quelques années de répit, mais attend, comme les autres, que le Congrès vote enfin la régularisation et la naturalisation de tous ces jeunes arrivés enfants aux Etats-Unis.

"Aucun régime n'a opprimé ses propres citoyens" aussi "brutalement que la dictature cruelle de Corée du Nord", a déclaré le président des Etats-Unis devant le Congrès lors du discours annuel sur l'état de l'Union. "Depuis que nous voté les baisses d'impôts, quelque 3 millions de travailleurs ont déjà reçu des bonus liés à ces dernières, des milliers de dollars pour nombre d'entre eux ". Je veux souligner que les États-Unis respectent infiniment les Africains, et mon engagement pour des relations solides et respectueuses avec les États africains en tant que nations souveraines est ferme", a-t-il écrit dans la lettre avant d'ajouter plus loin qu'il "s'associe " au continent pour "améliorer la sécurité des transports et préserver l'immigration légale ". "Encore plus tragiquement, elles ont coûté la perte de nombreuses vies innocentes", a déploré Donald Trump. Il a une nouvelle fois agité la menace que font planer, selon lui, les gangs hispaniques en racontant l'histoire de Kayla Cuevas et Nisa Mickens, deux adolescentes brutalement tuées par des gangs en septembre 2016 dans la région de New York. Le républicain, très applaudi par son camp, n'avait pas dévié de son texte et ne s'était pas aventuré dans des digressions personnelles ou contre les médias, sa cible préférée.

" Il faut avoir du cœur", a dit M. Trump aux journalistes, selon la transcription partielle d'un déjeuner officieux publiée par la Maison-Blanche. Ils ont confié à Joe Kennedy III, un Représentant de 37 ans et le dernier descendant la dynastie Kennedy, leur réponse au discours de Donald Trump.

"J'ai rencontré le président des Etats-Unis".

Recommande: