La France au pilori — Pollution

02 Février, 2018, 11:34 | Auteur: Lynn Cook
  • La France au pilori — Pollution

Elle les a avertis qu'elle n'hésiterait plus à sanctionner les Etats membres coupables d'infraction aux règles sur la pollution.

Le commissaire européen Karmenu Vella rencontre mardi à Bruxelles les responsables de neuf pays membres de l'UE qui ne font pas assez d'efforts pour lutter contre la pollution de l'air.

La Commission européenne a sermonné mardi neuf pays, dont la France, l'Allemagne et le Royaume-Uni, au sujet de la qualité de l'air.

'Les dates butoir pour remplir les obligations légales sont depuis longtemps dépassées et certains disent que nous avons attendu trop longtemps. "Mais nous ne pouvons pas repousser encore les échéances, je l'ai fait savoir très clairement aux ministres ce matin", a-t-il dit lors d'une conférence de presse. 400 000 morts (48 000 en France) qui auraient pu, pour beaucoup, être évités, si les états avaient pris les mesures nécessaires pour respecter les normes de qualité de l'air.

La Bulgarie et la Pologne, également concernées par la pollution aux particules, n'ont pas été convoquées car, dans leur cas, la CJUE a déjà été saisie. La commission Européenne a d'ailleurs estimé que cette pollution coûte plus de 20 milliards d'euros par an à l'économie du bloc. Les objectifs qu'elle a fixés pour 2005 et 2010 ne sont toujours pas respectés par 23 des 28 pays membres. 'Au cours de nos échanges, il y a eu quelques suggestions positives, mais je dois dire qu'à première vue, elles n'étaient pas suffisamment nombreuses pour changer le tableau d'ensemble', a ajouté le commissaire.

Les neuf pays convoqués - l'Allemagne, l'Espagne, la France, la Hongrie, l'Italie, la République tchèque, la Roumanie, le Royaume-Uni et la Slovaquie - dépassent régulièrement et depuis plusieurs années les limites d'émissions pour deux polluants clés: les particules fines (PM10) et le dioxyde d'azote (NO2). "Personne ne peut se satisfaire de la situation", a déclaré le ministre français de la Transition écologique Nicolas Hulot, à la sortie de la réunion organisée par la Commission, assurant vouloir "inverser la tendance rapidement", sans pour autant détenir de "solution miracle instantanée".

Recommande: