Facebook recrute un Français à la tête de sa division intelligence artificielle

24 Janvier, 2018, 11:37 | Auteur: Lynn Cook
  • Mark Zuckerberg patron du groupe Facebook

L'annonce intervient après une année où Facebook a fait face à un scepticisme croissant et à des problématiques assez difficiles de la part des régulateurs à travers l'Europe qui craignent que le réseau social soit devenu trop puissant.

Yann LeCun, qui a contribué au lancement du labo de recherche sur l'intelligence artificielle de Facebook, cède sa place à la direction quotidienne des opérations d'intelligence artificielle, mais il reste au sein de l'entreprise. Il s'agit ici de la version française de "She Means Business ", une initiative de Facebook en faveur de l'entrepreneuriat féminin qui existe déjà dans plusieurs pays.

Jérôme Pesenti, ancien PDG de la start-up BenevolentTech, spécialisée dans l'intelligence artificielle en matière de santé, et ancien responsable du très médiatisé programme Watson d'IBM, rejoint le réseau social, selon les sites d'information américains "Quartz " et "The Verge ".

Par ailleurs, le groupe entend doubler son équipe de recherche sur l'intelligence artificielle à Paris, qui passera de 30 à 60 salariés.

Alors que la France se rêve en champion mondial de l'intelligence artificielle, Facebook pourrait bien lui apporter un renfort inattendu. Un chèque de 10 millions d'euros pour la France Concrètement, cela se traduit par le doublement du nombre de chercheurs de ce centre.

Ce projet s'accompagne d'un programme de financement de bourses d'études et d'excellence et de doctorats auprès de plusieurs universités ainsi que du financement de 10 serveurs de dernière génération au profit d'instituts de recherche, et d'un fonds pour la collecte de données ouvertes au profit d'une institution publique française. "Mark Zuckerberg a décidé que l'IA serait stratégique". Microsoft est, lui, partenaire de l'Inria sur le sujet depuis 2005.

Le patron de Google, Sundar Pichai, et la numéro deux de Facebook, Sheryl Sandberg, n'étaient pas arrivés les mains vides au sommet sur la compétitivité de la France, organisé ce lundi au Château de Versailles. Installée dans Station F, la gigantesque pépinière numérique parisienne, cette vitrine inédite doit permettre au groupe américain de montrer au public la variété de ses actions dans des domaines comme l'IA, la réalité virtuelle (via ses casques Oculus) ou l'accompagnement des PME.

" Paris bénéficie de nombreux atouts ", a déclaré au Point Sheryl Sandberg".

Recommande: