Espace La Russie perd le contact avec le satellite angolais

28 Décembre, 2017, 00:57 | Auteur: Lynn Cook
  • AngoSat-1 ne répond plus L’Angola privé de satellite

Encore un échec. Mercredi, la Russie a perdu le contact avec le premier satellite angolais de télécoms, Angosat-1. Des images diffusées en direct par la firme Roscosmos ont montré la fusée en train de décoller dans la nuit. "Le contact a cessé temporairement, nous avons perdu la télémesure", a indiqué cette source, disant espérer de rétablir le contact avec ce satellite dont le coût est estimé à 280 millions de dollars.

Le secteur a déjà connu plusieurs revers retentissants en 2015 et 2016, tels que la perte d'un vaisseau cargo Progress devant ravitailler la Station spatiale internationale, la défaillance d'un lanceur Proton ou encore la découverte de défauts sur la plupart des moteurs produits pour les fusées devant placer en orbite des satellites.

L'Angola et la Russie avaient convenu en 2009 de lancer Angosat-1.

" Le problème est que ce satellite reposait dans un entrepôt depuis plus de trois ans dans l'attente de son lancement, qui a été sans cesse repoussé", ce qui a pû entraîner sa dégradation, explique à l'AFP l'expert Vitali Egorov.

Le 27 décembre au matin, Roskosmos a annoncé que le satellite "Angosat" construit par une entreprise russe à la demande d'Angola était entré en orbite et s'était séparé de l'étage "Fregat". Angosat1 devrait aussi couvrir une partie de l'Afrique. L'Angola espère ainsi vendre des services à d'autres pays voisins.

50 ingénieurs angolais ont été formés, notamment au Brésil, en Chine et au Japon. Ils vont être chargés de gérer le traitement des données envoyés par le satellite.

Le fonctionnement du satellite sera supervisé par la Russie à partir d'un centre de contrôle construit près de Luanda la capitale.

Si la perte de contact se confirme, il s'agira d'un échec d'autant plus embarrassant que la Russie a perdu un satellite météorologique il y un mois lancé depuis le tout nouveau cosmodrome russe de Vostotchny dans l'Extrême-Orient. Cette base est censée symboliser la renaissance de l'industrie spatiale russe, source de fierté à l'époque soviétique et tombée en désuétude après la chute de l'URSS.

Recommande: