François Hollande savait mais "pensait que c'était réglé" — Affaire Thévenoud

23 Novembre, 2017, 00:16 | Auteur: Lynn Cook
  • François Hollande en juillet 2017

Selon un "proche conseiller" de l'ancien chef de l'État, François Hollande a omis, dans la précipitation du remaniement d'août 2014, de vérifier que la situation était bien régularisée. Le président de la République aurait donc choisi de la nommer en connaissance cause secrétaire d'État au Commerce extérieur, fin août 2014.

Thomas Thévenoud, éphémère secrétaire d'État au Commerce extérieur, a tenu à peine deux semaines au gouvernement, un record de brièveté dans l'histoire de la Ve République. "C'est bien réglé son affaire?" a alors lancé François Hollande, tandis que Jean-Pierre Jouyet, le secrétaire général de l'Élysée, commençait a annoncer le nouveau gouvernement sur le perron. "Oui. Il n'a pas réglé ses problèmes?", questionne le président. "Pas que je sache", lui répond Sapin.

"Ça s'est joué à quelques minutes", confirme un ancien ministre au quotidien économique. Il démissionne le 4 septembre.

Finalement, Thomas Thévenoud intégrera le gouvernement Valls II. Il avait plaidé la "phobie administrative" pour justifier ses fautes, une expression qui avait soulevé de nombreuses réactions sarcastiques. Ils avaient régularisé leur situation en 2014 et se sont acquittés de 20.000 euros de pénalités.

C'est l'un des événements qui aura marqué le quinquennat Hollande: l'affaire Thévenoud. L'ancien député, qui a mis un terme à sa carrière politique en mars 2017, a été condamné en mai à trois mois de prison avec sursis pour fraude fiscale, ainsi qu'à un an d'inéligibilité. Neuf jours plus tard seulement, celui-ci quittait son poste, pour des "raisons personnelles", et la presse révélait dans la foulée que le membre du gouvernement avait accumulé plusieurs années de retards de déclaration de paiement de ses impôts. Le parlementaire avait dit à l'hebdomadaire souffrir de "phobie administrative".

Recommande: