Saad Hariri affirme qu'il rentrera au Liban dans 48 heures

17 Novembre, 2017, 00:44 | Auteur: Lynn Cook
  • Saad Hariri affirme qu'il rentrera au Liban dans 48 heures

"Toute position ou mesure qu'il a pu prendre ou qui lui sont imputées (.) sont le résultat de la situation ambiguë et trouble qu'il est en train de vivre en Arabie saoudite, et ne peuvent pas être prises en considération", a indiqué le président Aoun.

En parallèle, des personnalités libanaises de premier plan, incluant des leaders religieux, tentent en ce moment d'obtenir un sauf-conduit au premier ministre libanais.

"À ce sujet, Michel Aoun a dénoncé " les circonstances obscures " dans lesquelles Saad Hariri " vit à Riad ".

" Le président a parlé d'un délai d'une semaine lors du lancement de cette campagne diplomatique pour trouver une solution à l'amiable, auquel cas nous devrons recourir aux lois internationales", a rappelé Gebran Bassil.

Le chef de la diplomatie française, Jean-Yves Le Drian, est attendu mercredi à Riyad pour tenter de régler le contentieux et devrait rencontrer le premier ministre libanais.

Beaucoup de mystère entoure le sort de Saad Al-Hariri, premier ministre de la République du Liban, en Arabie Saoudite.

Quelques jours après sa visite surprise en Arabie saoudite pour évoquer avec le prince héritier Mohamed Ben Salman la question du Liban et de l'Iran, Emmanuel Macron recevra "dès mardi prochain le ministre libanais des Affaires étrangères", a ajouté la présidence française.

"Les services de Saad Hariri ont démenti la version iranienne". Voilà pourquoi c'est un test décisif qui attend le Liban (et sa très théorique politique de neutralité) lors de la toute prochaine réunion extraordinaire de la Ligue arabe réclamée par Riyad, et dont l'objet est de faire barrage à l'expansionnisme de Téhéran.

Loin de lever tout équivoque, la prestation télévisée de Saad Hariri n'a pas convaincu les Libanais qui étaient partagés sur la sincérité et la crédibilité à accorder aux propos de leur Premier ministre.

" Il a présenté à Velayati son point de vue sur la nécessité de mettre fin aux interventions iraniennes au Yémen, condition préalable à toute amélioration des rapports entre l'Iran et le royaume (saoudien)".