En Suisse, l'écart persiste entre femmes et hommes

03 Novembre, 2017, 01:09 | Auteur: Lynn Cook
  • De jeunes espagnols portant les drapeaux catalan et espagnol à Barcelone le 3 octobre 2017. REUTERS  Jon Nazca

Le fossé entre les hommes et les femmes dans les domaines de la santé, de l'éducation, de la politique et de l'emploi, s'accentue davantage, selon le dernier rapport sur la parité entre femmes et hommes, établi par le Forum économique mondial. Une belle avancée, puisqu'il gagne six places par rapport à l'année dernière. Éducation, santé, survie, opportunités économiques et émancipation politique sont les quatre piliers qui marquent un écart accru entre les femmes et les hommes. Celle dans le monde du travail n'est pas attendue avant 217 ans au rythme actuel, la pire évaluation depuis neuf ans, contre 180 ans en 2016. Pour la première fois, après dix ans de progrès, l'écart entre les genres se creuse.

Au niveau mondial, c'est l'Islande qui occupe, pour la neuvième année consécutive, la première place du classement en matière d'égalité entre les sexes, avec une note globale de 0,878.

Par ailleurs, difficile de se réjouir outre mesure quand le rapport révèle que 68% de l'écart mondial entre les genres a été comblé en 2017. Selon des estimations récentes de premier plan, la parité économique entre les genres pourrait rapporter un surcroît de PIB de 250 milliards de dollars américains au Royaume-Uni, de 1 750 milliards aux Etats-Unis, et de 2 500 milliards de dollars en Chine. Dans le top 5 arrivent le Rwanda puis la Suède. À titre de comparaison, en 2006, la France était 70 du classement. Les Etats-Unis, eux, voient leur score baisser de quatre points et se retrouvent à une lointaine 49e place. Mais la France est passée de la 70ème place sur 115 en 2006 à la 11 place en 2017. Celui-ci a pour but de voir si les pays offrent un accès à leurs ressources et leurs opportunités qui est équitable entre les hommes et les femmes. Sur la participation et les opportunités économiques, 13 pays ont réduit leur décalage d'au moins 80%.

Dans l'ensemble, l'Europe de l'Ouest demeure la région la plus performante avec " une disparité moyenne de 25% entre les hommes et les femmes", malgré les mauvais résultats de la Grèce (78), de l'Italie (82), de Chypre (92) et de Malte (93). Mais onze ont régressé. La région Moyen-Orient et Afrique du Nord est en revanche la moins bien classée.

Saadia Zahidi souligne également que seuls 35,6% des postes de direction en Suisse, tels que les parlementaires, les hauts fonctionnaires et les cadres, sont occupés par des femmes, ce qui place le pays au 43e rang mondial dans cette catégorie. Mais la situation s'améliore: 11 pays sur les 17 étudiés dans cette zone ont amélioré leur score global.

Recommande: