Une Franco-tunisienne poursuit Tariq Ramadan pour viol — France

21 Octobre, 2017, 00:48 | Auteur: Lynn Cook
  • Tempête sexuelle contre Tariq Ramadan

Dans un autre post, elle affirme avoir déposé plainte aujourd'hui contre Tariq Ramadan.

"Je n'ai peut-être pas les mêmes moyens financiers que lui pour me payer des avocats et des experts pour me défendre, mais j'irai jusqu'au bout de ce combat quoi qu'il m'en coûte", a-t-elle écrit.

"Je vais vraiment avoir besoin de soutien mes ami (e) s, car en balançant le nom de mon agresseur, qui n'est autre que Tariq Ramadan, je sais les risques que j'encours.".

Ancienne salafiste devenue écrivain et présidente de l'association "Libératrices", Henda Ayari, 40 ans, avait raconté avoir été abusée sexuellement par un intellectuel musulman, qu'elle avait appelé "Zoubeyr" dans son livre J'ai choisi d'être libre, publié en 2016.

Cette plainte a été déposée auprès du parquet de Rouen, dont relève le domicile de la plaignante, pour "des faits criminels de viol, agressions sexuelles, violences volontaires, harcèlement, intimidation", selon le document consulté par l'AFP. Dans ce livre, dont la presse s'était largement fait l'écho, elle racontait également avoir été violée dans sa jeunesse, sans donner le nom de son agresseur. "Henda Ayari est tombée dans l'escarcelle idéologique de Tariq Ramadan qui, à la sortie d'un congrès de l'UOIF, en 2012, lui a proposé de le rejoindre dans un hôtel, où il a commis sur elle une agression sexuelle", précise Me Jonas Haddad.

C'est sur Facebook que l'écrivaine Henda Ayari fait de graves accusations envers l'islamologue suisse Tariq Ramadan. "J'ai gardé le silence depuis plusieurs années par peur des représailles car en le menaçant de porter plainte pour le viol dont j'ai été victime, il n'avait pas hésité à me menacer et à me dire également qu'on pourrait s'en prendre à mes enfants, j'ai eu peur et j'ai gardé le silence tout ce temps", a souligné la victime présumée sur Facebook. Elle ajoute: "Je m'apprête à traverser une grosse tempête mais je ne compte plus me taire ni faire marcher arrière au nom de toutes les femmes victimes!". "Mais chaque victime a sa vérité. À la justice désormais de trancher".

Recommande: