Le Maire appelle GE à "tenir ses engagements" — General Electric/Hydro Alstom

18 Octobre, 2017, 01:13 | Auteur: Aubrey Nash
  • France 3 Alpes

S'adapter à la réalité du marché " L'activité qui est menacée, c'est celle des turbines hydroélectriques. Or il se trouve que le marché de l'hydroélectrique aujourd'hui est largement saturé.

" Est-ce qu'on peut réinvestir, est-ce qu'on peut faire autre chose?"

Pour Bruno Le Maire, il n'est pas question d'abandonner GE Hydro. "Certainement. C'est là-dessus que nous allons travailler", a assuré le ministre, jugeant nécessaire que l'entreprise s'adapte " à la réalité du marché ".

Après Arnaud Montebourg, Jean-Luc Mélenchon et Philippe Poutou, Pierre Laurent a rencontré les salariés en lutte contre le lourd plan social qui vise 345 des 800 postes de leur site historique, géré par Alstom jusqu'à son rachat par le conglomérat américain GE en 2014. Pendant neuf jours, ils ont bloqué l'accès au site et ils étaient parfois plus de 200 à tenir le piquet de grève à l'entrée.

Benjamin Griveaux, secrétaire d'Etat à l'Economie, a jugé mardi "impensable" que General Electric ne respecte pas ses engagements sur l'emploi auprès du gouvernement français, au moment où le groupe américain compte supprimer 345 emplois à Grenoble. "C'est l'engagement qui a été pris par General Electric vis-à-vis de l'Etat français", a poursuivi le ministre, assurant que ce dernier exercerait pleinement sa "capacité d'influence". Au ministère de l'Économie, c'est Benjamin Griveaux qui est en charge du dossier: le secrétaire d'État a reçu les salariés et les représentants de la direction. "Cet engagement est toujours valable et nous nous assurerons que cet engagement soit tenu", a dit Bruno Le Maire, qui a toutefois souligné qu'ils n'avaient pas été fixés " site par site ". "J'ai demandé et obtenu de la direction (.) d'aller expliquer sur le site aux salariés de GE hydro quel était l'avenir du site", a insisté M. Griveaux. Le porte-parole du gouvernement Christophe Castaner a annoncé mercredi qu'il n'était pas exclu que l'État réclame ces pénalités au cas où GE ne respecterait pas ses engagements.

Recommande: