Polémique après la modification des règles du scrutin — Législatives au Sénégal

30 Juillet, 2017, 01:09 | Auteur: Lynn Cook
  • URGENT Macky Sall saisit le Conseil constitutionnel pour qu'on puisse voter avec une carte d’identité nationale numérisée une carte d’électeur numérisée un passeport un permis de conduire

Au Sénégal, la tension autour des législatives de dimanche prochain n'est pas prête de retomber.

Dans un communiqué diffusé dans la soirée du lundi, le chef de l'Etat sénégalais Macky Sall informe avoir saisi le Conseil constitutionnel sur la question des cartes d'électeur, qui a soulevé une grande controverse à moins d'une semaine des élections législatives.

Selon les médias locaux, ces électeurs déjà inscrits pourront voter avec "une carte d'identité nationale numérisée, une carte d'électeur numérisée, un passeport, un document d'immatriculation pour les primo-inscrits non détenteurs d'un des trois documents administratifs".

Le président de la République, Macky Sall, a saisi, hier, par lettre, en date du 24 juillet 2017, conformément à l'article 72 de la Constitution, le Conseil constitutionnel pour pallier les difficultés rencontrées par certains concitoyens sénégalais régulièrement inscrits sur les listes électorales et qui peinent à récupérer leurs nouvelles cartes biométriques pour effectuer leur devoir civique. Dans un avis qui a été entériné mercredi tard dans la nuit par les membres de l'institution, mais qui n'a été rendu public que ce jeudi, le Conseil a donné, "à titre exceptionnel ", son feu vert à cette procédure, motivant sa décision par les "lenteurs notées dans le retrait des cartes d'identité biométriques". En meeting à Rufisque (périphérie de Dakar), le premier ministre Mouhammed Boun Abdallah Dionne, tête de liste nationale de la coalition présidentielle pour les législatives a assuré que "la production va se poursuivre pour permettre à tous les citoyens d'avoir leurs cartes d'identité".

Ainsi, le président de la République réaffirme son attachement sans réserve à l'organisation d'élections transparentes, libres et démocratiques.

L'opposition sénégalaise dénonce ce qu'elle considère comme "une forfaiture".

" Notre coalition s'oppose à tout changement de règles du jeu électoral". Toutefois, faut-il le préciser, cette saisine du Président Sall vise tout simplement à recueillir l'avis du Conseil constitutionnel Search Conseil constitutionnel . Le débat va certes continuer à trois jours des législatives du 30 juillet prochain où plus de 6 millions d'électeurs sénégalais sont appelés à élire les 165 nouveaux députés devant siéger au Parlement à travers 47 listes en compétition.

Recommande: