Pétrole: les pays producteurs cherchent à accentuer leur baisse de l'offre

25 Juillet, 2017, 11:42 | Auteur: Aubrey Nash
  • Twitter
Les pays signataires de l'accord pétrolier se sont dits en faveur de sa prolongation au-delà de mars 2018

C'est lors de la tenue à Alger de la 170e réunion extraordinaire de la Conférence ministérielle de l'Opep, en septembre 2016, que les pays membres de l'Opep avaient décidé d'ajuster leur production dans un intervalle de 32,5 à 33 mbj et de créer un Comité de haut niveau présidé par l'Algérie en vue d'élaborer les détails de l'accord.

Le ministre de l'Energie, Mustapha Guitouni, participera après-demain 24 juillet à Saint-Pétersbourg (Russie), à la 4ème réunion du Comité ministériel conjoint de suivi des pays de l'Opep et des pays non-Opep signataires de l'Accord de coopération du 10 décembre 2016 (Jmmc).

Il a expliqué qu'avec la hausse de la demande intérieure attendue en août, ses exportations seraient limitées à 6,6 millions de barils par jour, contre plus de 7,2 millions certains mois de 2016. Ces deux pays membres avaient été exempté de l'accord de réduction pétrolière en raison de la situation instable dans laquelle ils se trouvent.

Les propos de Khaled al-Faleh "ont permis au marché de se dire que l'Arabie saoudite prenait vraiment à coeur de continuer à tenter de faire quelque chose pour endiguer l'excès d'offre de pétrole", a-t-il ajouté.

Le Nigeria s'est engagé à ne pas dépasser 1,8 millions de barils par jour, une quantité dont il n'est pas très loin puisque sa production était de 1,68 million de barils par jour avec la possibilité d'atteindre 1,84 million de barils par jour à la fin du mois en cours. La remontée récente de leurs exportations fait partie des facteurs pesant ces derniers temps sur les prix.

Ces déclarations ont poussé les prix du pétrole à la hausse, le baril prenant environ 1% à Londres, à plus de 48,50 dollars dans l'après-midi.

Le ministre russe de l'Energie, Alexander Novak a appelé le Nigeria et la Libye à se joindre, dès que leur production se stabilise, à l'accord de réduction de production pétrolière qui réunit les membres de l'OPEP et leurs partenaires.

Ces efforts de baisse de l'offre sont appliqués sans la participation des Etats-Unis, qui ont émergé comme un producteur majeur ces dernières années grâce au pétrole de schiste.

Recommande: