L'exclusion des "constructifs" ne sera pas si facile — LR

13 Juillet, 2017, 02:24 | Auteur: Lynn Cook
  • Thierry Solère dans le studio du Figaro le 29 mai 2017

"Le Premier ministre Édouard Philippe, les ministres Bruno Le Maire, Sébastien Lecornu et Gérald Darmanin, ainsi que les meneurs des " Constructifs " Franck Riester et Thierry Solère, qu'Éric Ciotti qualifiait encore récemment sur notre antenne de " professionnel de la trahison", étaient sur la sellette. La réunion, prévue à partir de 18h à Paris, s'annonce tendue... "Je suis LR pas Solère", a aussi tweeté l'ancienne ministre Nadine Morano. "Cette direction provisoire, qui est issue de l'élection présidentielle, elle n'a aucune légitimité", lui répond Thierry Solère.

Chez Les Républicains (LR), on a préféré ne pas aller trop vite en besogne. "Et je l'assume au sein de la majorité sénatoriale". La question de l'exclusion de ceux qui ont rejoint Emmanuel Macron ne sera tranchée qu'après les vacances. Pour la grande gueule, le chemin de la guérison de la droite ne se trouve pas dans ces potentielles exclusions.

Selon les informations de BFMTV, la lettre reçue par Thierry Solère, que ce dernier avait qualifié ce dimanche de courrier "d'exclusion", ne serait en fait qu'une convocation "en vue d'éventuelles sanctions lors d'un prochain bureau politique". Je pense qu'il n'y a aucune raison d'abord qu'on soit exclus. Membre comme MM. Solère et Riester du groupe des "constructifs " à l'Assemblée, le patron de l'UDI Jean-Christophe Lagarde a affirmé vouloir "d'ici l'automne " une "nouvelle force politique " avec ces LR-là. Sébastien Lecornu, secrétaire d'État auprès de Nicolas Hulot, est quant à lui suspendu de ses fonctions de secrétaire départemental de la fédération de l'Eure. "Vous voyez ce sera intéressant ". "Mais pour leurs responsables, qui ont eux franchi la ligne rouge, ce n'est pas possible", commente un membre du bureau politique.

Face à ces tensions en perspective, le député LR de Paris Claude Goasguen s'est dit ce mardi midi " contre l'exclusion des [députés du groupe] les constructifs. Et ce, afin de repousser toute " crise supplémentaire pour le moment", a-t-il précisé dans les couloirs de l'Assemblée nationale.

D'autres sont opposés à ce type de sanction, qualifié de "procédés staliniens" par le maire de Nice Christian Estrosi.

"Invité sur Europe 1 ce matin, le président de la Haute assemblée Gérard Larcher a fixé une ligne rouge qu'il ne souhaite pas voir franchie".

Recommande: