Vidéo : des mètres cubes d'acide déversés dans la nature

05 Juillet, 2017, 00:23 | Auteur: Aubrey Nash
  • ArcelorMittal est accusé de pollution en Moselle

A ce stade, elle indique avoir lancé une enquête interne et auprès de ses sous-traitants. Dans une vidéo remise au journal Républicain Lorrain, un chauffeur travaillant pour Suez RV Osis Industrial Cleaning, sous-traitant de l'usine sidérurgique, affirme avoir été contraint de déverser pendant trois mois dans la nature des centaines de mètre cubes dans la nature. Le chauffeur aurait déversé 24 mètres cubes tous les jours pendant ces trois mois de contrat. Et de compléter: "Le soir je rentrais avec les yeux rouges".

"Voilà comment on recycle les déchets à Florange, chez Arcelor, on balance de l'acide en pleine nature", accuse un chauffeur de camion dans une vidéo à charge.

Le chauffeur de camion a également assuré que les salariés d'ArcelorMittal qui lui donnaient l'accès au dépotoir étaient au courant de la pratique probablement censée éviter un surcoût lié au recyclage effectué dans un centre spécialisé de Maloncourt. "Ils indiquaient seulement que c'était de la boue de fer ou de la boue d'épuration", souligne-t-il. Depuis, il semblerait qu'il ait été licencié pour "rupture de discrétion commerciale".

Arcelor affirme qu'il " n'est en aucun cas à l'origine de prétendus déversements irréguliers sur la zone de stockage. "Si les faits relatés étaient avérés, ils seraient extrêmement graves et contraires à toutes les règles d'ArcelorMittal en matière de gestion des résidus". L'entreprise ajoute qu'"aucun risque sanitaire ni environnemental pour les populations n'est à signaler: il n'existe pas de rejet pouvant impacter les populations".

Une grande prudence. La CGT, qui avait demandé la tenue d'un comité d'entreprise extraordinaire après avoir elle-même découvert les informations dans la presse, reste "mesurée" dans l'immédiat. "Que les choses soient avérées ou non." explique Lionel Burriello, responsable CGT au sein de l'usine.

" S'ils sont faux, nous demandons à la direction de nous prouver que ces propos sont diffamatoires, parce que ça écorne l'image de notre entreprise". Une enquête est ouverte par le parquet de Thionville. Ainsi, le CE a décidé de commander une première expertise dans le cadre de son droit d'alerte environnemental et a convoqué un CHSCT afin de demander une deuxième évaluation sous l'égide du ministère du Travail.

Les conséquences pourraient êtres importantes puisque, la communauté d'agglomération du Val de Fensch a d'ores et déjà annoncé qu'elle portait plainte contre X, si la pollution était avérée. A mon sens, c'est un scandale sanitaire sans précédent dans notre département.

Recommande: