May, sans majorité absolue, veut un gouvernement pour réussir le Brexit

12 Juin, 2017, 12:50 | Auteur: Sandy Vega

L'Union européenne jugeait vendredi "urgent" d'ouvrir les négociations sur le Brexit, malgré la surprise des élections législatives britanniques, où les conservateurs de la Première ministre Theresa May ont perdu leur majorité absolue au Parlement.

Lors de sa courte déclaration devant la presse, la Première ministre a indiqué qu'elle compterait sur le soutien du parti nord-irlandais unioniste DUP, qui a remporté dix sièges, pour gouverner.

La Première ministre se montre plus fragilisée que jamais.

Une position qu'elle défend toujours? Largement réélu, le chef de file du Parti travailliste a estimé que sa campagne électorale "positive" avait "changé la politique, pour le meilleur", et appelé May à la démission. "Alors mettons-nous au travail", a-t-elle déclaré. Du côté des anti-Europe, alors qu'il y a tout juste un an les Britanniques avaient voté à plus de 51% pour sortir de l'Union européenne, l'Ukip, le parti europhobe et anti-immigration, n'a pas réussi ce jeudi à obtenir un seul siège à la Chambre des communes. Son chef Paul Nuttal en a tiré les conclusions en annonçant sa démission.

Le commissaire européen français Pierre Moscovici a jugé que Mme May avait "perdu son pari", son homologue allemand, Günther Oettinger, considérant pour sa part que Londres était désormais un partenaire "faible" pour négocier la sortie de l'UE.

Chantre d'un Brexit "dur", incluant la sortie du marché unique, Theresa May a convoqué ces législatives anticipées pour avoir les coudées franches et faire fi des réticences éventuelles au sein de son parti.

À Paris, le Premier ministre Edouard Philippe a jugé que ces résultats étaient "une forme de surprise" mais qu'ils ne remettaient pas "en cause" la procédure de divorce de la Grande-Bretagne d'avec l'UE.

Le président du Conseil européen, Donald Tusk, a lui aussi appelé à "faire le maximum pour éviter" une absence d'accord tandis que le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker, plus ferme, a mis en garde contre tout "retard supplémentaire" dans les négociations, assurant que la Commission était prête. Dans un tweet publié en début de matinée, le négociateur en chef de l'UE sur le Brexit, le Français Michel Barnier, a prôné la sérénité: "Les négociations sur le Brexit devraient débuter quand le Royaume-Uni sera prêt; le calendrier et les positions de l'UE sont claires".

La livre sterling, a immédiatement chuté à l'annonce des projections à 21H00 GMT, tant face à l'euro que face au dollar, et restait très affaiblie vendredi. Mais l'affaiblissement de Theresa May et le bon résultat des travaillistes de Jeremy Corbyn pourraient aussi favoriser une approche plus conciliante vis-à-vis de Bruxelles, un Brexit moins "dur".

L'onde de choc des législatives a également touché l'Écosse, où indépendantistes du SNP essuient de lourdes pertes, à 35 sièges contre 56 en 2015.

La Première ministre écossaise Nicola Sturgeon a toutefois appelé Theresa May à "abandonner" son projet de Brexit "dur" après son échec aux élections. Cet électeur de 43 ans qui vote habituellement pour le Labour a choisi pour la première fois de voter conservateur parce qu'il "y a un besoin de stabilité à cause du Brexit".

Recommande: