Démission des deux chefs de cabinet de Theresa May — GB

12 Juin, 2017, 12:54 | Auteur: Aubrey Nash
  • Ruth Davidson la cheffe des conservateurs en Écosse le 9 juin 2017 à Édimbourg

Autant d'interrogations que la Première ministre a pour l'heure balayées, insistant sur le score de son camp: "Si les conservateurs ont obtenu le plus de sièges, et le plus de votes, c'est à nous d'assurer que le pays ait cette période de stabilité".

Le taux de participation (68,72%) est le plus élevé pour des élections législatives depuis 1997, même s'il est inférieur à celui du référendum sur la sortie de l'Union européenne de juin 2016.

"Discréditée, humiliée, diminuée. Theresa May a perdu sa crédibilité et son influence dans son parti, dans son pays et en Europe", tranche dimanche l'hebdomadaire The Observer.

À quelques jours de l'ouverture des négociations sur le Brexit, le soutien des dix élus du DUP, parti régionaliste protestant ultra-conservateur, était indispensable pour offrir une majorité de gouvernement aux conservateurs de Mme May, qui ont subi jeudi un échec cinglant.

Ceux-ci avancent une méthode plus douce, à l'instar de la Première ministre écossaise Nicola Sturgeon, qui explique que Theresa May " a perdu toute autorité et toute crédibilité", et qu'elle ne peut plus se permettre de jouer la carte du " hard Brexit ", pourtant défendue depuis le début par la Première ministre.

Theresa May affaiblie après les législatives: quel impact sur le Brexit? .

Le président du Conseil européen, Donald Tusk, a lui aussi appelé à "faire le maximum pour éviter" une absence d'accord tandis que le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker, plus ferme, a mis en garde contre tout "retard supplémentaire" dans les négociations, assurant que la Commission était prête. Elle a annoncé vendredi la formation d'un nouveau gouvernement qui "mènera à bien le Brexit", malgré le revers de son parti aux élections législatives de jeudi. Avec dix sièges, ce parti régionaliste ultra-conservateur lui permettrait d'avoir le soutien nécessaire pour gouverner tant bien que mal.

Le ton était plus conciliant du côté du négociateur en chef de l'UE sur le Brexit, Michel Barnier, qui a assuré que Bruxelles attendrait que le Royaume-Uni soit "prêt" avant de débuter les négociations. "Unissons nos efforts pour conclure un accord", a-t-il twitté dans la matinée.

En effet, la date pourrait être repoussée car faute de majorité absolue, Theresa May devra former un nouveau gouvernement.

A gauche, les indépendantistes écossais du SNP essuieraient de lourdes pertes, à 34 sièges contre 54 précédemment, selon les projections. Evoquant Theresa May, Tim Farron, le chef des Lib Dem, a jugé que "si elle avait une once d'amour propre, elle démissionnerait".

"Je suis tellement contente, c'est une véritable vengeance pour nous", s'est réjouie Sarah Holmes, 26 ans, fêtant le bon résultat du Labour dans un bar de Londres. Suite à cela, les négociations du Brexit s'annoncent difficile, selon Tony Travers, de la London School of Economics (LSE).

Au cours des prochains mois, Theresa May risque d'avoir du mal à ne pas regarder derrière son épaule si un des siens ne vient pas la poignarder.

La commentatrice politique Rhiannon Lucy Cosslett estime dans le quotidien The Guardian que "Jeremy Corbyn plaît à une génération de jeunes gens qui n'ont jamais connu d'homme politique honnête". "J'avais entendu beaucoup de gens dire qu'il allaient voter pour elle", dit à l'AFP Jemma Bell, 23 ans, une habitante de Wakefield, dans le nord de l'Angleterre. "Les électeurs n'aiment pas qu'on prenne leur vote pour acquis".

Recommande: