Deux nouvelles arrestations et quatorze suspects en garde à vue — Manchester

05 Juin, 2017, 04:53 | Auteur: Sue Barrett
  • Des passagers à l'aéroport Atatürk d'Istanbul en Turquie le 19 août 2016  © AFP  Archives  OZAN KOSE

Un homme de 25 ans a été arrêté dimanche dans le quartier d'Old Trafford, à l'est de Manchester. Une perquisition a également été menée à Moss Side, un quartier du sud de la ville.

Salman Abedi, un Britannique d'origine libyenne de 22 ans, s'est fait exploser à la sortie d'un concert de la chanteuse américaine Ariana Grande.

Samedi soir, la police avait lancé un appel à témoin, publiant deux photos de Salman Abedi, issues d'images de vidéo-surveillance, le montrant le soir de l'attaque. Lunettes sur le nez, sac à dos, il porte une casquette et une doudoune noire.

Ces nouvelles arrestations portent à treize le nombre de suspects en garde à vue au Royaume-Uni, tandis que le père et l'un des frères du kamikaze ont été arrêtés en Libye. D'après une source proche de la famille, il se trouvait en Libye quelques jours avant l'attentat. La police allemande a signalé qu'il avait fait escale à Dusseldorf (ouest) à ce moment-là.

Dimanche, 40 000 participants, certains en larmes, se sont alignés sur la ligne de départ du Great Manchester Run, une course annuelle de 10 kilomètres en plein centre-ville. L'appartement se loue 75 livres (86 euros) la nuit, ou 350 livres (400 euros) la semaine. Il est soupçonné " d'infraction contraire à la loi sur le terrorisme ", a déclaré la police du Grand Manchester sur Twitter.

La presse a rapporté que des personnes connaissant Abedi avaient exprimé leurs inquiétudes à son endroit et à propos de ses opinions, il y a déjà cinq ans.

"Onze personnes sont actuellement en détention et les services de renseignement continuent à rassembler des informations" sur le kamikaze et le réseau impliqué dans l'attaque de Manchester, a-t-elle précisé.

"La veille, Theresa May avait expliqué que les avancées de l'enquête avaient incité les spécialistes du renseignement à abaisser le niveau d'alerte de " critique " à " sévère ". "Cela signifie qu'un attentat est " très probable " mais non plus " imminent ".

Au cours d'une émission télévisée lundi soir, la Première ministre Theresa May a ainsi été interpellée à plusieurs reprises sur les coupes budgétaires imposées par le gouvernement conservateur dans les services publics et notamment la police.

L'attentat de Manchester a mis la question de la sécurité au coeur de la campagne électorale des législatives du 8 juin, qui a repris vendredi après avoir été suspendue pendant trois jours. La lutte contre le terrorisme devrait occuper une bonne part des débat télévisés attendus la semaine prochaine.

La manifestation a fait l'objet d'un important dispositif de sécurité.

Recommande: